Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Accès à un médecin: attaqué, Barrette défend son bilan

Critiqué par le Parti québécois quant au difficile accès à un médecin de famille pour des milliers de Québécois, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a encore une fois dû défendre le bilan de ses réformes, jeudi matin.

Plus de 1,6 million de Québécois sans médecin de famille, patients en attente des mois, voire des années au Guichet d’accès, médecine familiale boudée par les étudiants en médecine : la députée Diane Lamarre, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, a dressé un portrait peu reluisant de l’accès à la première ligne pendant la période de questions de l’Assemblée nationale. 

«Le ministre de la Santé a dit aux Québécois : “Faites-moi confiance. Je fusionne tous les guichets d’accès en un seul guichet géant.” Du même coup, il a permis aussi aux médecins de choisir les patients qu’ils prendraient ou ne prendraient pas sur ce guichet, des patients comme Thérèse et George, qui ont eu l’illusion d’avoir été choisis, qui se sont retrouvés dans les limbes, qui ont été refusés et finalement rebasculés sur le guichet. Des gens qui attendent depuis 2014, 2015, 2016, des moins jeunes surtout. À cause du ministre, pour avoir un médecin, vaut mieux être jeune et en santé que plus âgé et malade», a dénoncé la députée de Taillon, faisant référence à des chroniques de Mylène Moisan.

Le ministre Barrette a souligné que grâce aux gestes posés par lui et son gouvernement, plus de 450 000 personnes avaient trouvé un médecin de famille par l’entremise du guichet d’accès, que plus de 1,1 million de Québécois de plus qu’il y a trois ans avaient accès à un médecin de famille, et que les omnipraticiens avaient un taux d’assiduité de plus de 80 % auprès de leurs patients inscrits. 

«Je n’ai jamais prétendu être parfait, mais il y a des gestes qui ont été posés pour changer la situation. Elle est en train de changer, elle est en direction du nouveau système de santé que la population veut avoir», s’est défendu le ministre de la Santé.

«Déconnecté»

Pour Diane Lamarre, la situation ne s’améliorera pas de sitôt, puisque 65 postes de résidents en médecine familiale sont vacants, comme le révélait jeudi le quotidien La Presse. «À 1500 patients par médecin, ça fait 100 000 patients dont on peut déjà dire qu’ils seront privés éventuellement d’un médecin. Et le ministre a osé couper cet automne 17 places d’étudiants en médecine. Vraiment déconnecté des Québécois. Pourquoi avoir coupé le nombre de places en médecine, alors qu’il y a des milliers de Québécois qui sont dans les limbes du guichet d’accès?» 

Le ministre a rappelé que c’est son gouvernement qui avait «rouvert les facultés de médecine pour faire en sorte qu’il y ait des médecins aujourd’hui». «Il y a une dizaine d’années, il y avait moins de 300 médecins de famille qui sortaient des facultés de médecine par année. Cette année, il y en a 498. Pourquoi? Parce qu’on a posé les bons gestes. Et chaque année, ce nombre-là augmente encore», a-t-il fait valoir.

LIRE AUSSI : les chronique de Mylène Moisan