Les ministres Sébastien Proulx et Hélène David (absente sur la photo) ont présenté, mercredi, le Plan d’action numérique en éducation 2018-2023, qui était prévu dans le budget Leitão.

1,2 milliard $ pour le numérique dans les écoles

Le gouvernement Couillard investira 1,2 milliard $ d'ici cinq ans — dont 212 millions $ cette année — pour entreprendre le virage numérique dans les écoles, cégeps et universités.

Les ministres Sébastien Proulx (Éducation) et Hélène David (Enseignement supérieur) ont présenté, mercredi, le Plan d'action numérique en éducation 2018-2023, qui était prévu dans le budget Leitão.

Dès cette année, toutes les écoles du Québec auront de nouveaux outils technologiques, comme des robots, des tablettes ou des imprimantes 3D.

Québec consacre 45 millions $ cette année à l'achat d'équipements numériques dans les 3000 écoles primaires et secondaires de la province, 20 millions $ dans les cégeps et 10 millions $ dans les universités.

Un investissement de 15 millions $ est également prévu pour former le personnel enseignant dans les écoles primaires et secondaires, qui devra utiliser les nouveaux outils en classe.

Les Québécois doivent embrasser la révolution numérique, quatrième révolution d'importance après la mécanisation, l'électrification et l'industrialisation, a insisté le ministre Proulx en conférence de presse.

Le plan comporte trois donc grandes orientations : soutenir le développement des compétences numériques des jeunes et des adultes; exploiter le numérique comme un vecteur de valeur ajoutée dans les pratiques d'enseignement et d'apprentissage; créer un environnement propice au déploiement du numérique dans l'ensemble du système éducatif.

«Nous avons le devoir de nous assurer que les élèves et les étudiants auront accès aux outils nécessaires pour développer leur plein potentiel et s'adapter à leur époque, et non la nôtre», a déclaré M. Proulx devant un parterre de 250 personnes et aux côtés d'un robot qui n'a pas fonctionné lorsqu'il lui a donné la parole.

«Cette nouvelle génération d'élèves et d'étudiants doit avoir la chance de se développer et développer ses compétences en informatique. Elle doit avoir l'occasion de programmer ou de coder, et de s'initier à la robotique», a-t-il ajouté.

Le plan d'action du gouvernement prévoit également :

- des épreuves ministérielles en format numérique;

- le dossier unifié de l'élève qui le suivra tout au long de son parcours;

- le déploiement du prêt de livres numériques dans les bibliothèques scolaires;

- le regroupement de l'ensemble de l'offre de formation à distance en enseignement supérieur dans un «ecampus».

Par ailleurs, M. Proulx a affirmé qu'il maintiendra les tableaux blancs dans les salles de classe, et continuera de rénover les écoles pendant la période couverte par le plan d'action numérique.

«Gadgets dispendieux distribués à la hâte»

Réagissant au plan, le président de Fédération autonome de l'enseignement (FAE), Sylvain Mallette, a critiqué l'approche du ministre.

«Des gadgets dispendieux seront distribués à la hâte dès la prochaine rentrée scolaire, a-t-il dénoncé. Toute cette opération électoraliste se fait alors que les détails des budgets de formation ainsi que ceux destinés à l'entretien et au remplacement sont inconnus, à quelques semaines de la fin des classes. Le numérique doit être au service des profs, pas le contraire.»

La porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière d'éducation, Carole Poirier, a réagi sur Twitter : «Un plan numérique en éducation, des outils numériques, le ecampus, wow mais comment feront les Québécois(es) pour se brancher? Encore trop de régions au Québec n'ont pas accès à Internet. À quand un Québec branché? improvisation libérale.»

Pour sa part, le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ), Jean-François Roberge, se désole du fait que le plan numérique en éducation «pénalise» les écoles déjà très en avance sur leur temps.

«Les écoles qui sont mobilisées, qui sont engagées dans le numérique, et qui, il y a deux, trois ans, ont décidé d'acheter des tablettes, des robots, des kits de robotique, ben c'est tant pis pour eux avec le plan», a-t-il soutenu en entrevue téléphonique.

«Il y a une pluie de millions de dollars qui tombe sur le Québec; ces écoles-là n'en bénéficieront pas», a-t-il renchéri.

***

1,2 G$ INVESTIS SUR CINQ ANS

  • 212 millions $ en 2018-2019
  • 205 millions $ en 2019-2020
  • 205 millions $ en 2020-2021
  • 195 millions $ en 2021-2022
  • 195 millions $ en 2022-2023

Source: Ministère de l'Éducation