René Martin, directeur de la police de Trois-Rivières.
René Martin, directeur de la police de Trois-Rivières.

Police de Trois-Rivières: hausse de la criminalité en 2019, amélioration du bilan routier

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La criminalité a connu une hausse globale de 5,5 % en 2019, à Trois-Rivières. C’est ce que révèle le rapport annuel de la Direction de la police de la ville, rendu public vendredi.

La hausse la plus marquée est au niveau des crimes contre la personne, à 9 % par rapport à 2018. Selon le directeur de la police de Trois-Rivières, René Martin, le taux de solution des crimes n’a cependant pas diminué.

«On se situe à 56,6 %, notre meilleur taux des cinq dernières années. Je crois que notre organisation a extrêmement bien réagi à cette augmentation», estime-t-il.

Des 126 dossiers supplémentaires traités par la police en 2019 par rapport à l’année précédente, 70 sont reliés à des voies de fait. On relève également 40 dossiers associés à de la violence conjugale.

«C’est un constat à la hausse qui représente une inquiétude pour nous, et on espère que ça ne se poursuivra pas plus en 2020. Je crois qu’il y a une série de mesures à mettre en place au niveau des organismes pour contrer ce phénomène», relève M. Martin.

Ce dernier dit toutefois partager les inquiétudes des centres d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale. Ces ressources prévenaient au printemps que le confinement avait pour effet d’isoler davantage les victimes, qui se retrouvaient coincées à la maison avec leur conjoint violent.

Plus de fraudes

Les crimes contre la propriété ont pour leur part augmenté de 4 %, une hausse attribuable principalement à 131 dossiers de fraude supplémentaires (471 en 2019, 340 en 2018). Cette hausse n’est toutefois pas observée uniquement à Trois-Rivières, selon M. Martin.

«J’ai parlé avec des collègues d’autres organisations policières et ils ont tous constaté une certaine hausse. Ce qu’on voit beaucoup, c’est l’arnaque des ‘’grands-parents’’ (lorsqu’un fraudeur appelle un aîné en se faisant passer pour l’un de ses petits-enfants qui a un besoin urgent d’argent, N.D.L.R.). Il y a aussi eu une série de vols dans les véhicules, ce qui a mené à des vols d’identité. Il faut ajouter à ça les dossiers de fraude associés à la cybercriminalité», énumère-t-il.

M. Martin rappelle par ailleurs que ces dossiers ne sont pas tous traités par la police de Trois-Rivières, certains sont transférés à la Sûreté du Québec. Les plaintes sont toutefois prises par les policiers trifluviens pour les événements survenus sur leur territoire.

Le bilan routier s’améliore

Sur le plan de la sécurité routière, le rapport 2019 de la Direction de la police de Trois-Rivières recèle de bonnes nouvelles. Parmi les faits saillants, le nombre d’accidents sur lesquels des policiers sont intervenus s’élève à 556, une baisse de 2,8 % par rapport à 2018. Au total, 680 personnes ont été blessées dans ces accidents, contre 738 en 2018 (-7,9 %). Sur ce plan, il s’agit du meilleur bilan de la police trifluvienne depuis cinq ans. Une seule a perdu la vie lors d’un accident en 2019, contre cinq en 2018.

Le nombre d’arrestations pour conduite avec les capacités affaiblies est également en baisse, à 219 en 2019 contre 245 en 2018, une baisse de 10,6 %.

«C’est une statistique qui est relativement à la baisse depuis quelques années. Ça s’explique par de multiples interventions, par la présence policière au niveau de ce phénomène-là. Ça fait que les gens font preuve de plus de prudence», explique M. Martin.

Le nombre d’arrestations pour conduite dangereuse a diminué de 4 % et les arrestations pour conduite pendant interdiction, de 23,1 %. En ce qui concerne la circulation et la vitesse, la police a relevé 21 153 infractions, soit une baisse de 9 % en un an.