L’arrivée du service d’intervention informelle au centre l’Étape a été annoncée lundi par Joanie Giroux, intervenante (au centre), accompagnée de Jacques Duchesneau, président, et de Marjelaine Labonne, directrice.

Plus de services et plus d’heures d’ouverture au centre l’Étape de Louiseville

LOUISEVILLE — Le centre l’Étape du bassin de Maskinongé élargit ses heures d’ouverture afin d’offrir à des gens aux prises avec une dépendance un service de prévention et d’intervention, mais aussi un lieu de socialisation.

Dès le 11 avril, ce centre situé à Louiseville sera ouvert le jeudi et le vendredi jusqu’à 22 h et le samedi, de 14 h à 22 h afin d’offrir un service d’intervention informelle qui s’ajoute notamment à des suivis individuels et à un programme de prévention de rechute. Par le biais d’activités récréatives, le centre veut devenir une option pour ceux et celles qui veulent rencontrer des gens ou tout simplement regarder un événement sportif sur écran ailleurs que dans un bar où la tentation de consommer est plus élevée.

«On ouvre le jeudi, le vendredi et le samedi en soirée, quand les gens se mettent plus à risque. Le jeudi, c’est le jour de la paie. Le vendredi et le samedi, les gens vont dans les bars. On se demandait ce qu’on pouvait faire avec ces gens. On lance ce service de façon informelle. Les gens pourront se présenter ici pour écouter un film, ils auront accès à un ordinateur, des jeux de société. C’est pour briser l’isolement et limiter l’accès à la consommation», mentionne Marjelaine Labonne, directrice du centre l’Étape.

Une intervenante sera sur place durant ces soirées. Les gens qui fréquenteront l’Étape auront ainsi l’occasion de la connaître, ce qui pourrait les inciter à obtenir un service plus formel.

«Dans un cadre plus informel, on souhaite que ça crée un climat de confiance», ajoute Mme Labonne.

Le service d’intervention informelle en dépendance est offert aux gens de 18 ans et plus qui habitent la MRC de Maskinongé. Le service est gratuit, mais une personne qui veut y avoir accès doit payer 5 $ par année pour devenir membre de l’Étape.

L’organisme ne s’est pas fixé d’objectif de fréquentation durant les soirées. Si elle réussit à attirer une cinquantaine de personnes durant l’année, la direction sera satisfaite de sa décision.

«Si c’est 10 personnes qui viennent, c’est 10 personnes qui se mettent moins en danger», indique toutefois la directrice.

Offrant aussi de la formation et des ateliers de prévention en milieu de travail, l’Étape effectuera une tournée d’organismes communautaires de la région pour les informer de cet ajout de service.

L’Étape tiendra un 5 à 7 le samedi 13 avril afin de souligner cette nouveauté. Bouchées et boissons sans alcool seront servies aux visiteurs qui pourront mieux connaître les services offerts.