Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice, est accompagnée de Laurianne Petiquay, directrice générale du Centre d’amitié autochtone de La Tuque.
Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice, est accompagnée de Laurianne Petiquay, directrice générale du Centre d’amitié autochtone de La Tuque.

Plus de 65 000 $ pour le Centre d’amitié autochtone de La Tuque

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le Centre d’amitié autochtone de La Tuque (CAALT) pourra compter sur une aide supplémentaire pour trois projets de la Table locale d’accessibilité aux services en milieu urbain pour les Autochtones à La Tuque. Québec a annoncé un financement de 65 356$.

Le premier projet consiste au développement de capsules vidéos qui permettront aux Autochtones de développer leurs connaissances sur leurs droits, responsabilités et recours dans les domaines du logement, des interpellations policières ou encore du système carcéral, ainsi qu’à l’embauche d’une ressource supplémentaire afin de coordonner les activités d’un sous-comité dédié à la justice.

Il y aura également la création d’une plateforme web de référencement et de collaboration interprofessionnelle pour les intervenants du milieu afin de faciliter la concertation et de créer un continuum de services pour les Autochtones en milieu urbain.

La troisième initiative sera de créer une trousse d’accueil ayant pour but de permettre aux Autochtones arrivant en milieu urbain de connaître les services disponibles et d’y accéder plus facilement. Elle sera disponible en version électronique et papier.

Tout comme pour l’initiative en matière de référencement, les organisations participantes identifieront une personne qui constituera une porte d’entrée pour les Autochtones, facilitant ainsi davantage l’accès aux services.

Les coprésidentes de la table locale d’accessibilité pour les services aux Autochtones vivant en milieu urbain ont accueilli la nouvelle avec beaucoup d’enthousiasme.

«L’octroi de ce financement reconnaît la force des initiatives de collaboration de cette Table. Micta Mikwetc!», ont indiqué Laurianne Petiquay, directrice générale du Centre d’amitié autochtone de La Tuque et Karine Lampron, direction des services ambulatoires, CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

Ces dernières affirment avoir été des témoins privilégiés du travail fait effectué en partenariat avec l’ensemble des collaborateurs de la table pour la mise en place de projets facilitant et améliorant l’accès à plusieurs services à La Tuque pour les personnes autochtones et leur famille.

«L’accueil et la prise en charge des Autochtones qui décident de vivre en ville doivent se faire, car il s’agit parfois d’une transition difficile. Je suis donc heureuse que notre gouvernement appuie les nombreuses initiatives du Centre d’amitié autochtone de La Tuque», a commenté Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice

Le soutien financier du Secrétariat aux affaires autochtones (SAA) au bénéfice des projets de la Table locale de La Tuque a été rendu possible grâce à l’enveloppe « Développement social » du Fonds d’initiatives autochtones III.

Le SAA soutient financièrement le lancement de projets et d’initiatives diverses par chacune des tables locales d’accessibilité aux services en milieu urbain pour les Autochtones du territoire québécois, et ce, au bénéfice de l’amélioration des conditions de vie des Autochtones en milieu urbain.