Plus de 10 400 travailleurs de la construction de la région seront en vacances pour les deux prochaines semaines. Sur la photo: Steve Béliveau, Félix Normandin, Stéphane Bussières, Gaston Côté et Dave Béliveau, de l’entreprise Dave Béliveau construction.

Plus de 29 M$ en chèques dans la région pour les vacances de la construction

Trois-Rivières — Les vacances débutent pour plus de 10 400 travailleurs de la construction de la Mauricie et du Centre-du-Québec. En région, les vacances de la construction représentent pas moins de 29 millions de dollars en chèques remis par la Commission de la construction du Québec (CCQ).

À l’échelle du Québec, les deux semaines entre le 21 juillet et le 3 août signifient l’émission de 158 774 chèques, pour un total de plus de 447 millions de dollars. La CCQ note une augmentation de 6 % des versements effectués lors de cette période de l’année.

En région, comme ailleurs au Québec, les vacances de la construction riment avec retombées économiques pour les différents attraits touristiques. Selon le sondage de CAA sur les intentions de vacances estivales 2019, 27 % des travailleurs Québécois ont prévu prendre leurs vacances durant les deux semaines de la construction.

Au camping H2O, l’achalandage engendré par les vacances de la construction se fait déjà sentir alors que les réservations se multiplient. «Pendant la semaine, on voit vraiment une grosse augmentation de l’achalandage, je dirais presque deux fois plus que le restant de l’été», affirme Sophie Bellemare, gérante.

Le nombre important de visiteurs durant ces deux semaines ne vient cependant pas sans les inconvénients engendrés par la rareté de main-d’œuvre. «Les années où il fait beau, c’est sûr qu’on a plus de gens, donc il faut prévoir plus de personnel, ce qui est un peu problématique en ce moment avec la pénurie de main-d’œuvre», explique Mme Bellemare.

Au parc national de la Mauricie, endroit qui attire environ 160 000 visiteurs chaque année, les vacances de la construction sont sans contredit des semaines particulièrement occupées. «Les vacances de la construction et le mois d’août sont les périodes les plus achalandées», résume Julie Dumont, agente aux communications et aux relations publiques pour Parcs Canada.

Cette année, la menace de grève à la SÉPAQ complique un tantinet le travail de l’équipe du parc national en cette période achalandée. Celle-ci doit en effet jongler avec les questionnements de visiteurs qui confondent le parc national de la Mauricie et les parcs de la SÉPAQ. «Présentement, la problématique, c’est la confusion entre le réseau de Parcs Canada et le réseau de la SÉPAQ», indique Mme Dumont.

Quelques emplacements de camping sont toujours disponibles au parc national, par contre, il est fortement conseillé aux personnes souhaitant y séjourner pendant les deux prochaines semaines d’effectuer une réservation afin de ne pas avoir de mauvaise surprise une fois sur place.