Julie Brosseau, directrice générale du Salon du livre de Trois-Rivières.

Plus de 18 000 lecteurs au rendez-vous du Salon du livre

Trois-Rivières — Après avoir connu une excellente année en 2018, le Salon du livre de Trois-Rivières a fait encore plus fort cette année, avec un total de 18 313 lecteurs rejoints en quatre jours. Cette édition a été marquée par un changement majeur, soit la transformation de l’hôtel Delta en Centre des événements et des congrès interactifs (CECi). Un renouveau dans le décor qu’occupait depuis belle lurette l’événement, mais qui a également amené son lot de tracas à l’équipe qui organise ce rendez-vous annuel entre auteurs et lecteurs.

En excluant les gens qui ont assisté aux activités qui se déroulaient en dehors des murs du Salon, 16 453 personnes ont visité l’événement, soit près de 2000 de plus que l’an dernier. «C’est un record absolu, du jamais vu», s’émerveille Julie Brosseau, directrice générale du Salon du livre de Trois-Rivières. 

«Tout le monde est super enchanté; les gens ont aimé le nouveau décor et les auteurs ont fait de belles rencontres, se réjouit-elle. Les gens m’ont dit que c’est beau, clair, lumineux et aéré.» 

La 31e édition du Salon du livre de Trois-Rivières a été planifiée alors que les travaux de construction du CECi n’étaient pas encore terminés, ce qui a compliqué le travail des organisateurs. Julie Brosseau reconnaît que son équipe et elle ont dû travailler d’arrache-pied pour que tout se déroule sans anicroche. 

«J’avoue qu’on a un peu sous-estimé les impacts des rénovations sur nos installations, précise-t-elle. Finalement, on a eu l’effet qu’on voulait, mais on a travaillé très tard et on s’est couché très tard mercredi soir.»


Des activités fort prisées

Il faut dire qu’en plus des 365 auteurs et des 200 maisons d’édition présentes, les activités ne manquaient pas dans la programmation de l’événement. Parmi celles qui ont particulièrement été courues, notons une table ronde sur les tendances gastronomiques d’hier à aujourd’hui, avec le président d’honneur du Salon, Normand Baillargeon, Jean Soulard et Christian Bégin. La table ronde «Faire le choix du bonheur, avec Louise Portal, Jean-Guy Arpin, sœur Angèle et Joël Legendre, a aussi remporté un grand succès, de même qu’une table ronde sur l’essai et la poésie, avec Normand Baillargeon, Marjolaine Beauchamp, Jean-François Poupart et Isabelle Dumais, et sur l’écriture intime chez les nouvelles voix féminines, avec Marjolaine Beauchamp, Alexie Morin et Rose-Aimée Automne T. Morin. Une soirée de lectures et suspense avec François Lévesque, Véronique Marcotte, Ariane Gélinas, Patrick Sénécal et Simon Rousseau a également fait plaisir à un grand nombre de lecteurs, alors que les lectures étaient accompagnées par la musique du violoncelliste Sébastien Salicetti. 

«À chacune de ces activités, j’ai pu voir que la salle était pleine», souligne Mme Brosseau. 

La directrice générale du Salon du livre constate également que la littérature autochtone a attiré les foules. «Ç’a été un gros hit, souligne-t-elle. Un des auteurs qui était au kiosque, Sylvain Rivard, a vendu tous ses livres rapidement, il n’en revenait pas!»


Normand Baillargeon séduit

L’auteur Normand Baillargeon en était à sa première visite au salon du livre trifluvien, dont il était le président d’honneur pour cette 31e édition. À l’entendre, il y a de bonnes chances pour qu’il y retourne dans les prochaines années. 

«C’est un salon à dimension humaine et ça fait du bien, souligne-t-il. J’ai pu avoir beaucoup de contacts avec les gens, j’ai fait de belles rencontres. J’ai participé à pas mal d’activités et elles étaient très intéressantes.»

«C’est toujours agréable de voir le livre à l’honneur, ajoute l’auteur, qui a présidé plusieurs autres salons du livre au Québec. À l’ère des médias sociaux, on redécouvre ce moment privilégié, ce moment où on se met dans une bulle pour lire.»

Le président d’honneur salue également les efforts que fait l’organisation pour rejoindre des lecteurs qui ne peuvent se déplacer pour le visiter. «Ça m’a beaucoup touché, de savoir que le salon fait beaucoup d’efforts pour aller vers les gens, dans les écoles, les résidences pour personnes âgées, et même dans les prisons», ajoute-t-il. 


Cérémonie de clôture émouvante

La cérémonie de clôture du Salon du livre a été empreinte d’émotion, en particulier lorsque l’écrivaine en résidence, Marjolaine Beauchamp, a déclamé son quatrième et dernier texte rédigé lors de l’événement. La poète y a notamment confié qu’elle avait bien hâte de revoir ses enfants, à Gatineau, après quatre jours passés en Mauricie. Elle a soutiré quelques larmes à des membres de l’organisation du Salon qui, même s’ils demeurent dans la région, ont également eu peu de temps pour voir leur famille au cours de la dernière semaine. Les textes écrits pendant l’événement par Mme Beauchamp seront mis en ligne sur le site du Salon du livre de Trois-Rivières

Les auteurs préférés du public ont également eu leur moment de gloire. Tristan Demers a reçu le prix des Jeunes lecteurs et, pour une quatrième année, Guillaume Morrissette a remporté celui des Lecteurs. Les deux auteurs se sont mérité une bouteille de gin chacun, gracieuseté de la Distillerie Wabasso de Trois-Rivières.