Le conseil municipal étudie la possibilité d’augmenter le tarif des parcomètres et horodateurs au centre-ville de Trois-Rivières, de même que les heures applicables.

Plus cher pour stationner au centre-ville de Trois-Rivières?

TROIS-RIVIÈRES — Les heures d’application et les tarifs des parcomètres du centre-ville de Trois-Rivières pourraient-ils être bientôt revus à la hausse? C’est l’un des scénarios actuellement étudiés par le conseil municipal dans le cadre des travaux entourant le budget 2019 de la Ville de Trois-Rivières, a appris Le Nouvelliste. Ce scénario, s’il est retenu, serait en application uniquement lors de la haute saison, soit environ huit mois par année.

Selon nos sources, le tarif des parcomètres et horodateurs passerait, toujours selon le scénario discuté, de 1,50 $ de l’heure à 2 $ de l’heure sur la rue. Au stationnement étagé Badeaux, il passerait de 2 $ de l’heure à 2,50 $ de l’heure, et le tarif journalier serait aussi majoré, tout comme les vignettes mensuelles.

Autre mesure, les heures de fonction des parcomètres seraient élargies. Les horodateurs seraient donc de nouveau en fonction les jeudis et vendredis soirs jusqu’à 21 h, mais également les samedis toute la journée et jusqu’à 21 h.

Ces changements seraient en application huit mois par année, soit lors de la haute saison, et ne seraient pas effectifs durant les mois d’hiver, peut-on comprendre.

Évidemment, de telles mesures seront effectives uniquement si elles sont adoptées au budget, soit à la majorité ou à l’unanimité, par le conseil municipal. Le document est généralement adopté au courant du mois de décembre.

Appelés à réagir à ces informations, plusieurs conseillers municipaux joints par Le Nouvelliste ont préféré ne pas émettre de commentaires, étant donné que les discussions n’étaient pas terminées et qu’aucune décision officielle n’avait été prise. «Tous les scénarios sont sur la table», s’est-on contenté de nous répondre à plusieurs reprises.

Le porte-parole au cabinet du maire de Trois-Rivières, Yvan Toutant, abonde dans le même sens. «Je ne vous cacherai pas qu’il y a effectivement des discussions, mais c’est loin d’être fait. Rien n’a été décidé et tout est en discussions en ce moment», indique-t-il.

Problème?

L’idée d’augmenter les tarifs de stationnement ou encore d’étirer les heures d’application des parcomètres et horodateurs n’est pas nouvelle, et a été évoquée à plusieurs reprises au cours des dernières années. Entre 2008 et 2014, le stationnement était devenu payant les jeudis et vendredis soirs, une mesure qui avait été abolie par décision du conseil municipal.

Toutefois, une récente étude menée par Trois-Rivières Centre, la Société de développement commercial du centre-ville, avait révélé que ce qu’on qualifiait de problématique du stationnement au centre-ville n’avait peut-être pas lieu d’être. Il ressortait notamment de cette étude que même lors de l’une des soirées de spectacle les plus achalandées de l’été, soit un samedi soir où se produisait le Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre Cogeco, l’offre de stationnement du centre-ville n’était occupée qu’à 54 % de sa capacité, lorsqu’on considérait le quadrilatère formé à l’ouest par la rue Gervais, au nord par la rue Bellefeuille et le boulevard du Saint-Maurice, au sud par la rue du Fleuve, et à l’est par le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

Cette étude devait également faire la caractérisation des usagers des stationnements payants du centre-ville, afin de savoir qui utilisait majoritairement les places payantes. Certains commentaires de commerçants avaient en effet laissé entendre que beaucoup de ces espaces étaient occupés par des travailleurs du centre-ville et empêchaient ainsi les clients de pouvoir se trouver une place près des commerces, une constatation qui avait soulevé l’idée de stationnements incitatifs pour les employés du centre-ville, mesure qui est toutefois restée à l’état de projet.

Le président de Trois-Rivières Centre, Patrick Dupuis, soutient que cette étude servira à prendre une bonne décision. Toutefois, il ne voulait pas formuler de commentaires au sujet de l’idée d’augmenter les heures d’application et les tarifs des parcomètres du centre-ville. Une «rencontre d’urgence» avec des intervenants concernés par cette question est prévue mardi.

Avec la collaboration de Gabriel Delisle