Quelques points d’eau ont été fermés au CSS de la Riveraine en attendant des travaux correctifs.
Quelques points d’eau ont été fermés au CSS de la Riveraine en attendant des travaux correctifs.

Plomb dans l’eau dans les écoles: le CSS de la Riveraine prévoit des interventions

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Nicolet — Le Centre de services scolaire de la Riveraine indique que les établissements scolaires du primaire et de la formation générale des adultes ont été testés pour le plomb dans l’eau entre février et octobre 2020.

Un total de 404 points d’eau répartis dans les 24 écoles primaires du CSS et les 5 centres de formation des adultes ont été testés. Pour ce qui est des écoles secondaires, les tests seront réalisés avant le 1er mars 2021, indique la secrétaire générale, Émilie Guay.

Jusqu’à présent, 271 points d’eau sont conformes. Parmi ceux qui ne le sont pas, 22 ont été fermés (l’âge des bâtiments où ils se trouvent date principalement des années 1950) tandis que 111 nécessitent de laisser couler l’eau pendant une minute avant de la consommer.

«Neuf écoles ont au moins un point d’usage fermé, 19 écoles ont au moins un point d’usage qui requiert un rinçage d’une minute avant consommation», précise Mme Guay.

La secrétaire générale indique que des correctifs seront apportés du côté des points d’eau critiques au cours des prochaines semaines de même que sur les endroits où il faut laisser couler l’eau avant de la consommer.

Des purges automatiques, des filtres et des réfections de la plomberie sont à prévoir, ajoute-t-elle. «Le coût des interventions variera en fonction de la localisation du foyer de contamination dans le réseau de plomberie et cette information n’est pas connue pour le moment», dit-elle.

Certains travaux exigeront donc des recherches afin de découvrir où est située la source de contamination au plomb. «On parle d’une réfection à l’été 2021 ou l’été 2022 selon l’expertise. Pour les travaux qui peuvent être entamés en occupation, juin 2021 ou juin 2022», précise Mme Guay.

Cette dernière ajoute que toutes les écoles du territoire ont été construites avant 1981, sauf l’école Terre-des-Jeunes qui date de 1983.

Rappelons que pour les écoles primaires, Québec demandait que les tests soient complétés et les correctifs identifiés pour juin 2020. La Riveraine est donc en avance sur le programme à ce chapitre.

Les CSS de l’Énergie et du Chemin-du-Roy sont eux aussi très avancés dans leurs démarches.

Du côté du CIUSSS MCQ, on tient à rassurer la population à l’effet que «l’eau potable au Québec est de bonne qualité», indique Guillaume Cliche, agent d’information.

«De nos jours, l’exposition au plomb est minime, les aliments constituant habituellement la principale source d’exposition. L’exposition au plomb dans la population a, de façon générale, considérablement diminué dans les dernières décennies», souligne-t-il. On a en effet éliminé le plomb qui se trouvait dans les peintures, l’essence et les conserves, notamment, dit-il.

M. Cliche souligne que pour percevoir un effet dû au niveau de plomb dans le sang, «l’exposition au plomb dans l’eau potable doit être régulière et soutenue».

Ce sont les fœtus, les nourrissons et les enfants qui sont les plus vulnérables aux effets du plomb sur le système nerveux. Les nourrissons sont faiblement exposés au plomb dans le lait maternel», assure-t-il. «Les jeunes enfants en âge préscolaire, quant à eux, sont vulnérables parce qu’ils évoluent près du sol ou rampent au sol. Leurs principales voies d’exposition sont la terre et l’ingestion de poussières à la maison.»

Les effets neurologiques d’une trop grande exposition au plomb à long terme, chez les enfants, sont la réduction de la capacité intellectuelle, des problèmes de l’attention et d’apprentissage et des changements de comportement, difficulté de concentration, irritabilité et apathie, résume M. Cliche.

En cas de doute, il faut en discuter avec son médecin. Il est possible en effet, de mesurer l’exposition excessive à une source de plomb par une prise de sang et si le taux est élevé, il existe un traitement pour accélérer l’élimination de ce métal lourd toxique. Au Québec, l’exposition au plomb est d’ailleurs une maladie à déclaration obligatoire d’origine chimique.