Le gouvernement du Québec resserre ses normes concernant le plomb dans l’eau.

Plomb dans l'eau: «C’est une question de santé publique»

Trois-Rivières — Les Villes et les commission scolaires contactées par Le Nouvelliste, mercredi, ont pris acte du resserrement des normes sur le plomb décrété par Québec. Elles ont évidemment l’intention de s’y conformer tout en soulignant qu’elles ont déjà à coeur la qualité de l’eau potable.

«C’est une question de santé publique alors on prend ça au sérieux. On va prendre connaissance des nouvelles exigences, et assurément, on va s’y conformer parce que notre priorité est de fournir une eau de qualité à nos citoyens», souligne Cynthia Simard, directrice des communications et de la participation citoyenne à la Ville de Trois-Rivières.

À Trois-Rivières d’ailleurs, il existe depuis plusieurs années un programme pour vérifier la quantité de plomb dans l’eau des habitations. Chaque année, des échantillons sont prélevés dans quelque 90 maisons qui ont habituellement été bâties avant 1975. «On analyse s’il y a présence de plomb ou non. Dans la majorité des cas, la présence de plomb s’explique par les raccords privés. Dans ces cas-là, c’est vraiment aux propriétaires de procéder au remplacement», précise Mme Simard.

Même constat à Shawinigan où on mentionne également que lorsque la présence de plomb est détectée, ce sont en majorité des entrées de service privées qui sont en cause. «Quand on rencontre des équipements en plomb [municipaux], on intervient et on les change, mais si on constate une entrée privée en plomb, on va aviser le propriétaire que c’est préférable qu’il la change», note François St-Onge, directeur des communications à la Ville de Shawinigan.

Mais à Shawinigan tout comme dans les autres municipalités consultées, on assure que le taux de plomb n’outrepasse pas la limite. «Sur notre territoire, jusqu’à maintenant, avec l’échantillonnage et l’historique qu’on a, on n’a pas de problématiques particulières», précise M. St-Onge. «C’est sûr que chez nous, on fait des tests de plomb comme ailleurs depuis de nombreuses années. Chez nous, le taux de plomb dans l’eau est largement sous la limite, même de la nouvelle limite. Chez nous, il n’y a pas de problématique», assure Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet. Des résidences et des garderies ont été testées à Nicolet. Elle compte prioriser les écoles et les garderies en 2020.

Quant aux commissions scolaires de l’Énergie et du Chemin-du-Roy, elles sont en attente de la directive du ministère de l’Éducation relativement à cette opération d’échantillonnage qu’elles devront mettre en branle. À la CS du Chemin-du-Roy, un recensement de tous les points d’eau est en train d’être fait. «On commence tranquillement à se mettre en action en attendant d’avoir la directive du ministère», mentionne Anne-Marie Bellerose, porte-parole.