Yvon Douville et Yvon Deshaies
Yvon Douville et Yvon Deshaies

Plan de sécurité civile adopté à Louiseville

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Louiseville — Déraillement de train, rupture d’une conduite de gaz, programme d’évacuation de la ville, le plan de sécurité civile que vient d’adopter Louiseville aborde de nombreuses situations d’urgence et aidera les intervenants à prendre les décisions appropriées dans les meilleurs délais.

La Ville de Louiseville possédait un document du genre, mais selon Yvon Deshaies, le plan n’était plus à jour. Voilà pourquoi la Ville s’est basée sur un canevas de travail fourni par le gouvernement du Québec pour élaborer ce document de 94 pages qui établit une vingtaine de risques classifiés, qui comprend un organigramme clair, qui réunit les coordonnées des intervenants et qui identifie les points de ralliement.

«Quand on a eu les inondations en 2019, j’ai bien vu que le plan d’urgence était passé date. Maintenant, on a un plan qui est à la page. On a un plan solide, car les ententes pour accéder à des endroits pour un refuge, pour du transport, sont écrites. Avant, on y allait à la pièce. Ça marchait quand même, mais avec le nouveau plan, on va être plus efficace», raconte le maire de Louiseville.

Le maire donne comme exemple l’utilisation de l’école secondaire l’Escale comme centre d’hébergement en cas d’urgence. Cette ressource fait maintenant partie du plan de sécurité civile.

«Aujourd’hui, la polyvalente, c’est officialisé. On parle d’une école avec une cafétéria, tu peux faire manger 300 ou 400 personnes. Les gens pourraient être hébergés à cet endroit, on peut demander des lits à l’armée, à la Croix-Rouge. Tout ça est écrit dans le plan. Ça va mieux aller pour le conseil, pour le chef pompier.»

L’hôtel de ville sera le centre de commandements en cas d’urgence. Si jamais l’hôtel de ville ne peut être utilisé, la caserne des pompiers et l’aréna seront les solutions de rechange.

Selon le directeur général, Yvon Douville, plusieurs membres du personnel de la Ville, à commencer par des représentants des services de sécurité incendie et de travaux publics, ont été mis à contribution pour établir ce plan d’urgence.

«Tout est organisé, on sait qui fait quoi. Le gouvernement a fourni un canevas de base, mais on a ajusté notre plan en fonction de notre réalité. À Louiseville, on a un chemin de fer, le lac Saint-Pierre. On a enlevé des éléments, on en a ajouté. On a un document qui est à notre main. Et dans des moments stressants, c’est bon d’avoir une procédure. C’est un très bel outil, pour le bénéfice des citoyens, et on espère ne pas avoir à s’en servir.»

Cette volonté de revoir le plan d’urgence amène le conseil à vouloir améliorer son parc d’équipements d’urgence. Le conseil aimerait que la Ville se dote d’une génératrice afin d’alimenter en énergie l’hôtel de ville. La bâtisse est déjà équipée des branchements requis et la Ville peut louer une génératrice en cas de besoin.

L’achat d’un tel équipement devrait faire partie du plan d’immobilisations de 2020.