Impossible de tourner à gauche actuellement sur l’avenue de la Station, en direction sud, pour accéder au stationnement de l’ancienne Place Cascade, rénovée de fond en comble par Olymbec.

Place Cascade: Olymbec souhaite l’intervention du MTQ

SHAWINIGAN — La firme Olymbec veut sensibiliser la direction régionale du ministère des Transports à l’importance d’aménager un accès pour permettre le virage à gauche sur l’avenue de la Station, afin d’atteindre le stationnement qui jouxte Place Cascade, à Shawinigan. Annie Villemure, directrice, Développement immobilier et location pour cette entreprise, reconnaît que la configuration actuelle représente un irritant pour d’éventuels locataires.

L’immeuble situé à l’intersection de l’avenue de la Station et de la 5e Rue de la Pointe subit actuellement une spectaculaire transformation. Olymbec avait soumis deux propositions à l’Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan pour que cet organisme s’installe à cet endroit, mais le conseil d’administration a tout simplement décidé de mettre fin au processus d’appel d’offres. Plusieurs raisons expliquaient cette position, dont celle du difficile accès au stationnement. Un écueil important pour un bureau qui vise notamment à accueillir des touristes.

Avant les travaux de réfection et d’embellissement de 2014, les automobilistes qui circulaient en direction sud dans ce secteur pouvaient tourner à gauche vers ce stationnement. Mais maintenant, un terre-plein rend cette manœuvre impossible dans les conditions actuelles. Pour se garer au même endroit, il faut plutôt tourner à gauche au feu de circulation de la 4e ou de la 5e Rue de la Pointe, puis reprendre l’avenue de la Station en direction nord.

«Il va falloir qu’on fasse des démarches, parce que c’est définitivement un problème pour l’accès au stationnement», commente Mme Villemure. «Ça n’a pas de bon sens. Avec le flot de circulation, ce ne serait pas plus intelligent d’obliger les gens à faire des virages en U. C’est un dossier avec le ministère des Transports. Nous souhaitons finaliser notre travail de réfection et passer à cette étape.»

En attendant, Olymbec sollicite divers bureaux pour remplir la nouvelle Place Cascade à compter de l’an prochain. Mme Villemure reconnaît que dans ses démarches, la question de l’accès au stationnement revient régulièrement. 

«Les gens de Shawinigan qui connaissent le secteur me disent que ce ne serait pas facile», convient-elle. «Ça revient tout le temps.»

À la direction régionale du ministère des Transports, le porte-parole Jean Lamarche mentionne que le cas échéant, la demande d’Olymbec sera étudiée. Lors des travaux de 2014, on estimait à 22 500 le nombre de véhicules qui empruntaient ce tronçon de l’avenue de la Station à chaque jour. 

«La sécurité est toujours ce qui prime dans nos décisions, mais pour le moment, nous ne sommes pas fermés», indique-t-il.

Olymbec s’intéresse aussi à un terrain qui appartient à la Ville, entre la passerelle et le stationnement en question, dont l’acquisition pourrait lui permettre d’accueillir plus de véhicules. 

«Quand je saurai comment ça va se structurer, ce sera plus logique de demander un changement pour une entrée charretière dans le terre-plein», mentionne Mme Villemure. Rappelons que la Ville avait acquis ce terrain en juillet 2011 justement pour augmenter le nombre de stationnements au centre-ville, mais deux ans plus tard, ce projet était abandonné.

Tant qu’à y être

La directrice reconnaît que les travaux en cours à Place Cascade prennent finalement beaucoup plus d’ampleur que prévu à l’origine. En ajoutant quelques surprises inhérentes à un chantier de cette envergure, on comprend pourquoi les manœuvres déborderont en 2018.

«Nous avons croisé de l’amiante et toutes sortes d’affaires qui nous retardent et que nous n’avions pas prévu», admet Mme Villemure. «Dans ma tête, tout était réglé à la fin de l’année. Nous avons un petit délai.»

Au départ, la porte-parole précise qu’Olymbec voulait surtout changer la fenestration de l’immeuble et modifier le hall d’entrée. «Mais en faisant ça, on s’est mis à faire du temps qu’à y être. Nous avons remplacé le monte-charge, l’accessibilité est différente, nous avons créé des couloirs. En plus, c’est un bâtiment difficile à travailler parce que nous sommes à un certain niveau sur la 5e alors que sur l’avenue de la Station, on est plus en pente. Ça nous a amené des petits soucis.»

Malgré tout, PMA Assurances doit intégrer ses nouveaux bureaux à la mi-décembre. La firme occupera le local du coin, où était située auparavant la firme de consultants Mesar. Mais en principe, le deuxième étage sera consacré à des bureaux professionnels, tandis que le reste du rez-de-chaussée doit avoir une vocation plus commerciale. Olymbec offre 15 000 pieds carrés de location à chaque étage. PMA Assurances occupera le tiers de cette surface au premier plancher.