À l’avant, on voit la conseillère municipale du district de la Madeleine, Sabrina Roy, le conseiller municipal du district des Estacades Pierre-Luc Fortin de même que le maire Jean Lamarche. À l’arrière, Marc-André Godin de la Direction de l’aménagement du territoire à la Ville de Trois-Rivières et Marie-Line Sauvé, commissaire industrielle chez Innovation et développement économique Trois-Rivières.

Place à la revitalisation du Bas-du-Cap

Il soufflera un vent de fraîcheur et de renouveau sur le bas du secteur Cap-de-la-Madeleine au cours des prochaines années, alors que vient d’être adopté le Plan directeur de revitalisation du Bas-du-Cap. Ce plan de travail, qui guidera de nombreuses actions et décisions à venir, vise à redonner à ce secteur de la ville l’éclat et la vitalité qu’il mérite, et pour lequel de nombreux partenaires sont désormais prêts à s’engager.

On se souviendra que la question de la revitalisation du Bas-du-Cap avait été l’une des questions centrales de la campagne à l’élection partielle à la mairie de Trois-Rivières, au printemps dernier, et que le nouveau maire Jean Lamarche en avait fait l’une de ses priorités. De nombreuses consultations citoyennes et des ateliers de co-création ont également permis d’en arriver à un plan de travail qui permet de croire aux deux conseillers municipaux du secteur, Sabrina Roy et Pierre-Luc Fortin, que malgré que la revitalisation de ce secteur ait fait l’objet de plusieurs initiatives depuis vingt ans, cette fois-ci sera la bonne.

«C’est une grosse victoire pour moi que d’avoir cet outil», considère Sabrina Roy, conseillère du district de la Madeleine. Selon elle, ce qui fera la différence cette fois-ci réside dans la volonté commune que manifestent tous les partenaires du projet, que cette revitalisation ne repose plus désormais sur un seul organisme, un seul comité ou encore la Ville elle-même.

C’est donc la mise en commun des efforts de la Ville de Trois-Rivières, de la Démarche de revitalisation des Premiers quartiers, d’Innovation et développement économique Trois-Rivières, de Culture Trois-Rivières, du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, des commerçants du secteur et des citoyens qui a permis de monter ce plan, qui propose pas moins de 32 actions concrètes, dont certaines sont déjà en place pour les citoyens, ou seront visibles dès le printemps prochain.

Parmi ces actions, notons le réaménagement complet du boulevard Sainte-Madeleine prévu pour 2023, avec des aménagements transitoires qui seront mis en place dès le printemps 2020 pour rendre le secteur plus convivial. Des aménagements qui ont été inspirés par des projets étudiés du côté de Montréal cet été. Par ailleurs, IDÉ Trois-Rivières transformera la bâtisse du 55 rue Fusey, acquise il y a quelques années, pour y établir des services et commerces de proximité. Un pôle d’animation sera créé au Parc des Chenaux, incluant l’événement Cosplay Fest qui a connu un beau succès l’été dernier. On inclut également dans ce plan directeur les projets majeurs prévus au Sanctuaire, de même que la construction de la piscine du Centre Jean-Noël-Trudel, ainsi que l’installation de Patrimoine Trois-Rivières à la Maison Rocheleau.

De plus, la Ville met en place un programme d’accès à la propriété pour les premiers acheteurs qui souhaiteraient s’établir dans le Bas-du-Cap, avec une aide financière couvrant 5% de la mise de fonds de la propriété jusqu’à concurrence de 7000$. Deux autres programmes déjà existants seront aussi bonifiés, soit le Programme d’aide à la création d’emploi dans le Bas-du-Cap, qui accorde une aide financière pouvant atteindre 1500$ pour chaque emploi créé, de même que le programme Revitalisation des artères commerciales. Ce programme a convaincu pas moins de 18 entreprises depuis 2016 d’investir pour embellir leurs façades, changeant ainsi le visage du quartier. Ce fût le cas pour l’Olympiade Resto-Grill, le restaurant Souvlaki, le centre d’immersion aux arts La Fenêtre qui occupe les locaux de l’ancien restaurant Patachou, ou encore la clinique d’implantologie dentaire Dr Claude Morissette, quelques commerces qui ont été cités en exemple lors de la conférence de presse qui se tenait vendredi à l’Olympiade Resto-Grill.

Le plan d’action sur dix ans est accompagné de six grandes orientations qui dicteront la ligne de conduite pour les décisions à prendre dans le futur pour ce secteur de la Ville, qui compte pas moins de 14 000 citoyens. Un plan qui pourra d’ailleurs se marier avec le développement à venir du site de l’ancienne usine Aleris, note Jean Lamarche, un secteur qui, à moyen et long terme, pourrait accueillir un quartier urbain où seront mis de l’avant la mixité sociale et le développement durable.