La guignolée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières se tient ce samedi 16 décembre.

Place à la guignolée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La huitième guignolée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR) se tient ce samedi. Des bénévoles sont postés à sept intersections de la ville et dans plusieurs commerces pour recueillir les dons.

L’équipe du CPSTR traite annuellement quelque 300 dossiers d’enfants issus de milieux plus vulnérables.

La pédiatre Marie-Céline Caumartin est entourée de deux médecins généralistes et d’autres intervenants dont des travailleuses sociales et un éducateur spécialisé, qui collaborent pour favoriser le développement optimal de ces enfants.

L’équipe du centre offre des services médicaux et psychosociaux aux enfants, en plus de leur donner accès à des programmes éducatifs et à des projets spéciaux.

«Les besoins sont plus grands que ce qu’on peut donner», indique Johanne Grenon, directrice administrative et financière au CPSTR. Les dons comme ceux sollicités lors de la guignolée permettent de maintenir les services, et idéalement de pouvoir les bonifier. Comme le fait remarquer Johanne Grenon, le financement sert notamment à payer les personnes qui pourraient offrir ces services supplémentaires.

«Nous avons 300 dossiers actifs, et en un an, nous avons fait plus de 700 rencontres individuelles avec des intervenants et des familles. Nous offrons des soins médicaux et sociaux. Les enfants ont aussi accès à une salle d’art-thérapie, et nous avons des programmes comme celui qui jumelle des jeunes avec des finissants du Séminaire Saint-Joseph», énumère Johanne Grenon en évoquant ce que permet le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières.

Interdisciplinaire, l’approche de médecine sociale intégrée tient compte de la communauté et intègre les familles dans les prises de décision. 

«Souvent, ce sont des familles qui ne croient plus au système. Il faut leur donner confiance dans le système, pour ensemble dépister les problèmes et les guider à travers les ressources», explique Mme Grenon. 

«On veut guider les enfants et les familles pour qu’ils puissent connaître une évolution, et que ces enfants puissent avoir des rêves, eux aussi. Ce n’est pas parce qu’un enfant est né dans une famille vulnérable qu’il ne peut pas avoir les opportunités de développer tout son potentiel», plaide-t-elle.

Les points de collecte

Des bénévoles récoltent les dons aux intersections des artères Côte Rosemont/De Courcelles, Des Prairies/Du Parc, Royale/Des Forges, Bellefeuille/Côte Richelieu, Des Cyprès/Chanoine-Moreau, Dessureault/Des Érables et Barkoff/Des Ormeaux.

Ils sont aussi présents dans les succursales de la SAQ, au magasin Canadian Tire des Forges, aux épiceries IGA Extra du boulevard des Forges, Maxi Jean-XXIII, Métro Masson et Métro Plus Chanoine-Moreau, ainsi qu’au Dépanneur Couche Tard du 605, Thibeau.

On peut aussi effectuer un don directement sur le site cpstr.org/dons.