La pataugeoire du parc Jean-Béliveau restera payante, mais le tarif pour y accéder sera réduit de moitié.

Piscine du parc Jean-Béliveau: la tarification sera baissée de moitié

La tarification nouvellement imposée aux utilisateurs de la pataugeoire du parc Jean-Béliveau, à Trois-Rivières, sera baissée de moitié. C'est du moins ce qu'a demandé le maire Yves Lévesque, qui reconnaît que cette pataugeoire d'un mètre de profondeur ne peut pas prétendre offrir les mêmes services que, par exemple, la piscine du parc de l'Exposition.
Rappelons que la pataugeoire du parc Jean-Béliveau, seule piscine encore gratuite de la ville, devient payante cette année au même tarif que les autres piscines, puisque Québec exige désormais que les municipalités déclarent les points d'eau de plus de 60 centimètres de profondeur comme étant des piscines.
En entrevue au Nouvelliste jeudi, une employée des Artisans de la Paix, Patricia Paquin, ne se disait pas contre une tarification, mais comprenait mal pourquoi on imposait le même tarif pour une pataugeoire que pour la piscine de l'Expo. Un argument qui a trouvé écho aux oreilles du maire.
«C'est un argument qui tient la route. En effet, les utilisateurs de cette piscine n'ont pas les mêmes avantages que ceux qui vont dans nos autres installations et qui peuvent profiter d'endroits où plonger, par exemple. J'ai toujours l'oreille ouverte quand on m'arrive avec de bons arguments», indique le maire, qui dit avoir placé une demande auprès du service des loisirs pour produire un règlement qui sera présenté prochainement au conseil municipal.
Le maire rappelle que la fin de la gratuité émane de la réglementation de Québec, mais aussi d'une volonté d'équité. D'ailleurs, il rejette l'argument voulant que la piscine demeure gratuite en raison de sa présence dans des quartiers plus défavorisés.
«Des personnes en situation de pauvreté, il y en a dans tous les secteurs de la ville. Il faut être équitable avec ces gens-là aussi. Par contre, si on me dit qu'il est illogique de payer le même montant pour ne pas avoir le même service, c'est un très bon argument et j'embarque», lance-t-il.
Le maire rappelle que sur le budget de 900 000$ prévu annuellement pour les coûts d'opération des piscines municipales, seulement 50 000$ sont amassés grâce aux frais d'entrée. «Les utilisateurs ne financent que 7 % des coûts d'opération, la facture à l'ensemble est de 93 %. Il faut que les utilisateurs contribuent quand même un peu, mais je suis d'accord qu'ils n'ont pas à payer le même tarif que pour des piscines plus grandes ou mieux équipées», ajoute Yves Lévesque.
La tarification en vigueur était de 3,25 $ pour les adultes et de 2,75 $ pour les jeunes et les aînés. Elle sera réduite de moitié dès que le règlement sera soumis au conseil municipal.