Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Pierre Michel Auger et Karl Grondin intéressés par la mairie de Bécancour

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Bécancour - Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, vient à peine d’annoncer son retrait de la vie politique en novembre prochain que déjà, son poste est convoité par deux candidats potentiels.

D’abord, l’ancien adversaire de Jean-Guy Dubois aux élections municipales de 2013, Karl Grondin, ne cache pas son intérêt à tenter sa chance à nouveau.

Karl Grondin

«C’est sûr qu’il va falloir que j’y réfléchisse. Le cœur y est, mais parfois, la tête me fait hésiter. Les gens ne voient pas toutes les conséquences que ça peut avoir. Il va falloir que je quitte ma job. Ça a été comme ça en 2013 alors que j’ai été obligé de démissionner», raconte celui qui était alors conseiller municipal, et ce, depuis 2009.

D’ailleurs, depuis janvier 2014, il assume le rôle de conseiller politique auprès du député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

Pour sa part, l’ancien député libéral de Champlain, Pierre Michel Auger, envisage de succéder à Jean-Guy Dubois, «quelqu’un que je connais depuis quelques décennies, ayant vécu une partie de mon enfance et mon adolescence à Gentilly».

Pierre Michel Auger

Depuis janvier 2019, soit peu de temps après sa défaite électorale au scrutin provincial, l’homme originaire de Shawinigan occupe le poste de commissaire industriel à la Ville de Bécancour.

«Mon père, à l’époque, travaillait à la CIL et il était venu travailler à la CIL à Bécancour, qui est maintenant Olin. Je suis parti pour les études, cégep, bacc, maîtrise, et après ça, je suis parti à cause de mes emplois, mais je suis revenu depuis le début janvier 2019 à Saint-Grégoire. Je connais la place, mes parents ont demeuré ici jusqu’au milieu des années 90. J’ai joué au hockey, à la balle, au flag-football. Même après, quand je ne demeurais plus ici, chaque fin de semaine, je venais faire mon tour», se plaît-il à rapporter.

«L’intérêt est là, je suis un ancien politicien et j’aime ça. Je veux prendre le temps d’analyser tout ça, prendre un certain recul et penser correctement parce que c’est quand même une décision qui est très importante. Actuellement, comme commissaire industriel, j’ai de beaux dossiers. Depuis deux ans, on a fait de belles choses avec monsieur le maire et la MRC, la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour. On a travaillé de beaux dossiers et il y en a encore qui s’en viennent», renchérit M. Auger.

Finalement, l’ancienne rivale de Jean-Guy Dubois aux élections municipales de 2017, Martine Pepin, n’entend pas soumettre sa candidature.

«Je suis passée à autre chose. La politique, ce n’est pas nécessairement toujours ce qu’on souhaite. Ça m’a laissée amère. Je n’ai plus aucune flamme de la politique avec ce que j’ai vécu aux dernières élections. Je vais faire mon devoir de citoyenne avec plaisir», a conclu l’entrepreneure et l’ancienne directrice générale de chambre de commerce qui veut plutôt se consacrer à ses cinq petits-enfants.