Un TGV

Philippe Couillard assure à Yves Lévesque qu’il soutiendra le projet de TGF

Trois-Rivières — Le premier ministre Philippe Couillard assure que Québec donnera son appui au projet de train à grande fréquence si Ottawa doit lui aussi lui donner son aval. C’est là l’essentiel des propos tenus lors d’une conversation téléphonique entre M. Couillard et le maire Yves Lévesque, qui s’est déroulée jeudi matin.

«Il nous a assurés de son soutien pour le projet de TGF. C’est un grand soulagement pour nous et ça vient enlever l’ombrage jeté sur le projet par les propos qu’on entendait la fin de semaine dernière», a lancé le maire Yves Lévesque, visiblement heureux de cette volte-face.

On se souviendra que Philippe Couillard, en clôture du congrès de son parti dimanche soir, a évoqué la possibilité de développer un lien rapide Québec-Montréal, avançant notamment l’idée de la technologie du monorail. Cette idée soulevée par les libéraux a été accueillie comme une douche froide dans la région, qui se mobilise depuis plusieurs années pour le passage du TGF, un projet chapeauté par Via Rail qui devrait bientôt recevoir l’aval d’Ottawa et qu’on espérait aussi voir obtenir la faveur de Québec.

Il semble maintenant que ce soit chose faite, au terme d’une semaine de discussions et de prises de positions pour tenter de calmer le jeu. «Ça nous soulage, surtout venant du premier ministre, de savoir qu’il va supporter le projet. C’est une très bonne nouvelle et la balle est maintenant dans le camp du fédéral, qui doit débloquer les fonds dans le cadre du budget 2018», souhaite Yves Lévesque, rappelant que le projet attend ce financement afin de lancer les plans d’ingénierie. Avec les travaux nécessaires sur le réseau, le maire de Trois-Rivières se dit confiant de voir circuler des trains aussi tôt que 2020 si le projet obtient cette année l’aval d’Ottawa.

De son côté, le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, ira rencontrer à très court terme les gens de Via Rail pour voir où en est le dossier. «Je veux voir où ils en sont rendus. On me dit que c’est très avancé mais je ne veux pas statuer sur des ouï-dires. Mais ce qu’on dit c’est que nous ne sommes pas contre, bien au contraire», indique M. Girard. 

Totalement irresponsable

Pour le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, cette semaine s’inscrit sous le signe de l’improvisation et d’un dérapage irresponsable de la part du premier ministre. Pour M. Martel, il ne fait aucun doute dans son esprit que Philippe Couillard a utilisé l’idée du monorail pour détourner l’attention des médias de la présence de Jean Charest au congrès du Parti libéral la fin de semaine dernière et éviter de se faire questionner sur le sujet. Toutefois, en improvisant de la sorte, il a causé un tort incroyable au projet de TGF, pourtant mobilisateur pour le milieu, soutient-il.

«C’est totalement irresponsable de sa part. Ça a créé un doute dans l’esprit des gens et il pourrait avoir donné une raison à Via Rail de revenir à son tracé initial, qui liait Toronto à Montréal», remarque-t-il.

Car si au départ, le tracé liait les deux grandes métropoles, Donald Martel rappelle que c’est la mobilisation du milieu qui aura incité Via Rail à prolonger le trajet jusqu’à Québec, en passant par la rive nord après que le projet eut fait consensus des deux côtés du fleuve. «Si un projet de monorail se développe entre Montréal et Québec, c’est certain que Via Rail ne sera pas au rendez-vous. C’est impossible de penser que l’un n’empêche pas l’autre. Impossible! La réalité, c’est que les Libéraux ont improvisé depuis le début avec cette déclaration. Ils l’ont complètement échappée. Et il est temps pour les députés de la région de cesser de jouer aux bons soldats et de travailler pour les intérêts de la région», souligne-t-il.

Le maire Yves Lévesque dit avoir été rassuré par son entretien téléphonique avec Philippe Couillard au sujet du TGF.