Nathalie Côté du secteur Lac-à-la-Tortue a lancé une pétition pour «une taxe équitable».

Pétition pour «une taxe équitable» au lac à la Tortue

SHAWINGAN — Déjà exaspérés par les mois de délais et les nombreux inconvénients engendrés par les travaux d’installation du nouveau réseau d’égouts et d’aqueduc autour du lac à la Tortue, des résidents du secteur demandent maintenant à la Ville de Shawinigan de recalculer le montant de la taxe d’amélioration de secteur qui est bien plus onéreuse que prévu. Une pétition qui a récolté jusqu’à maintenant une centaine de signatures a d’ailleurs été lancée par une résidente du secteur.

«J’ai lancé la pétition parce que je voyais que les gens sont mécontents et que plusieurs s’expriment sur les réseaux sociaux», explique Nathalie Côté, l’instigatrice de la pétition.

«Jusqu’à maintenant, ça donne des résultats. Mais j’aimerais ça qu’on se rende à 1000 signatures.»

Nathalie Côté dénonce dans sa pétition le coût de cette nouvelle taxe d’amélioration de secteur qui sera imposée dès 2020. Les propriétaires des 986 résidences concernées par ce projet réalisé autour du lac à la Tortue devront payer 800,68 $ pour le nouveau réseau d’égout. Et pour les 368 propriétés désormais reliées à l’aqueduc, 374,58 $ s’ajoutent à cette facture, ce qui fait monter le montant de la taxe d’amélioration de 1175,26 $ par année pour une période de 20 ans. Cela s’ajoute bien sûr aux taxes foncières habituelles.

«Cette taxe d’amélioration est beaucoup plus haute que ce qu’on croyait initialement. Les gens voulaient ce projet, mais finalement ç’a été très long et il y a eu beaucoup de retards et de dépassements de coûts. La taxe est beaucoup plus forte que prévu», dénonce Nathalie Côté.

«Les augmentations sont difficiles à avaler.»

En 2017, la Ville avait en effet pourtant présenté un scénario bien moins onéreux pour la population. Cette taxe d’amélioration était plutôt évaluée à 455 $ pour le réseau d’égout et 630 $ pour les résidences qui bénéficient maintenant des deux services. Les coûts du projet, alors estimés à 43 millions $, sont maintenant évalués à 52,5 millions $ selon les dernières estimations.

«Le montant que nous devons payer n’est pas celui qui était prévu initialement. C’est tout le projet, les gens ne sont plus capables. Ç’a duré longtemps, deux ans et demi, et il y a eu beaucoup d’embûches», soutient Nathalie Côté.

«Les gens ont brisé leur voiture. C’était affreux comme chantier. Et en plus, ça finit comme ça avec des taxes plus importantes que prévu.»

Lancée le 29 décembre, la pétition «Pour une taxe équitable» est sur le site Internet www.petitionenligne.com/pour_un_une_taxe_equitable. Elle se trouve également dans quelques commerces du secteur Lac-à-la-Tortue. Nathalie Côté envisage se rendre à la prochaine assemblée publique du conseil municipal de Shawinigan, prévue le 14 janvier, pour présenter la pétition aux élus.

L’instigatrice de la pétition demande à la municipalité de mandater une firme indépendante pour recalculer la taxe d’amélioration. De plus, elle estime que comme elle est actuellement, «cette taxe est inéquitable et abusive et qu’elle doit être réexaminée et déterminée afin de bien rendre justice».

La Ville de Shawinigan devrait s’inspirer de la décision d’Hérouxville qui répartit une portion de 20 % de la facture à l’ensemble de la population de la municipalité. Les coûts ne sont donc pas épongés que par les propriétaires des 193 résidences concernées.

«Hérouxville a fait une répartition plus équitable de la taxe. Cela permet d’arriver à un montant beaucoup plus près de ce qui était prévu», précise Nathalie Côté.

De plus, Mme Côté souhaite interpeller la députée provinciale de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, et le député fédéral de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne.