Bryan Perro

Perro Librairie en plein essor

Bryan Perro est loin de se réjouir qu'une librairie comme Clément Morin doive mettre la clé dans la porte. «C'est toujours triste. C'est une librairie qui semblait en santé.» Mais il ajoute que cela dépend de la raison pour laquelle la fermeture était inévitable.
«Si ça ferme parce que ça ne fonctionnait plus, c'est encore plus triste. Si ça ferme à cause d'une fin de bail ou parce que le propriétaire veut prendre sa retraite, c'est une autre affaire. Ce n'est plus un problème dans le milieu du livre», nuance-t-il.
Lui-même propriétaire d'une librairie à Shawinigan, Bryan Perro est bien placé pour constater l'état du marché du livre au Québec. Malgré la série de fermetures de librairies dans la région, il n'est pas prêt à déclarer une crise dans ce milieu. «De notre côté, ça va bien. On est en plein essor.»
En installant Perro Librairie à Shawinigan, l'auteur se doutait bien qu'il répondait à une certaine demande des citoyens. «Il y a beaucoup de gens qui lisent à Shawinigan qui ne voulaient pas nécessairement parcourir une longue distance pour acheter des livres. Maintenant, ils ont une librairie juste à côté», indique-t-il.
En juin dernier, le gouvernement provincial annonçait la fin du projet de loi de prix unique du livre. Cette loi limitait à 10 % le rabais que les marchands pouvaient appliquer sur les nouveautés pendant neuf mois. Avec le changement de gouvernement en avril, ce projet a été relégué aux oubliettes. Une décision qui déçoit grandement Bryan Perro.
«C'est d'avoir une bien bizarre vision de la culture que d'agir comme ça. Quand on n'est pas dans le milieu, on ne peut pas comprendre la réalité. C'est une très mauvaise décision», martèle le libraire.
Le gouvernement de Philippe Couillard a tout de même réitéré son souhait d'aider les librairies indépendantes, mais «d'une autre façon». «J'ai bien hâte de voir cette autre façon. J'attends», clame-t-il.