Louis Brunelle, directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS-MCQ.

Pénurie de préposés: les gestionnaires mettront la main à la pâte

Trois-Rivières — La direction du CIUSSS Mauricie Centre-du-Québec passe de la parole aux actes pour tenter d’alléger le fardeau des préposés aux bénéficiaires à court terme dans l’ensemble des établissements de la région. L’organisation qui gère une véritable crise depuis quelques semaines en raison du manque de personnel dans ses établissements propose désormais de mettre à contribution les gestionnaires afin de venir soutenir les équipes lors de la prochaine fin de semaine de travail et ce, dans chacun des centres d’hébergement du territoire.

C’est là l’une des deux principales mesures temporaires qui ont été décidées à l’issue d’une rencontre spéciale tenue mardi entre la direction et les représentants syndicaux, rencontre qui visait avant tout à essayer de trouver des solutions rapides. Rappelons que ces jours-ci, le syndicat dit constater un manque d’effectifs allant jusqu’à 50% à certains endroits.

«Nous allons répondre à l’une des demandes du syndicat, qui est d’avoir un gestionnaire sur le plancher à toutes les fins de semaine. Les employés nous ont dit se sentir abandonnés, et nous avons entendu ce qu’ils nous ont dit. On va ainsi essayer de les aider à réorganiser le travail s’il y a d’importants manques. Nos employés ont besoin de support, d’encouragements et d’accompagnement. On demande à l’ensemble de nos gestionnaires pour que certains se rendent disponibles pour ça, et qu’ils mettent eux aussi la main à la pâte si les besoins sont criants», explique Louis Brunelle, directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS-MCQ.

Par ailleurs, les deux parties ont également convenu qu’à compter de maintenant, il y aurait une rencontre à chaque jeudi, à 15h, afin de voir l’horaire de travail prévu pour la fin de semaine. «On veut travailler de concert avec le syndicat afin de s’assurer que la cédule de travail soit le plus équilibrée possible entre les différents établissements», résume Louis Brunelle, qui constate que la direction du CIUSSS agit ainsi sur des mesures très opérationnelles.

Des solutions qui satisfont le syndicat, qui entend tout de même demeurer très alerte tout au long de la fin de semaine. «On a demandé d’être appuyés par le biais de nos gestionnaires, et on espère que ça va se faire autant dans la réorganisation du travail que dans de l’aide apportée dans les tâches, sur le plancher», indique Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec (SPPSAM-CSN).

Ce dernier considère également que le fait d’obtenir un rapport sur les horaires de travail le jeudi après-midi en prévision de la fin de semaine qui approche est un bon début, étant donné que ses membres avaient constaté beaucoup de problèmes avec les listes de rappel, que certains membres disaient ne pas avoir été appelés lorsqu’ils étaient disponibles pour travailler par exemple. «On espère des résultats et de la transparence. Nous allons être très alertes toute la fin de semaine et attendre l’effet de la mesure pour voir si ça fonctionne bien comme solution», ajoute-t-il.

Pénurie

Louis Brunelle se dit conscient qu’il s’agit de mesures temporaires et à court terme, mais rappelle que la direction du CIUSSS travaille également sur des mesures à plus long terme, et que ces mesures se déploient tant sur le plan local que national.

«On le répète, il nous manque environ 300 préposés aux bénéficiaires actuellement juste dans la région. Les cohortes ne suffisent pas. Si on pouvait en embaucher 100 de plus demain matin, on le ferait, mais les candidats ne sont pas là», constate celui qui rappelle que le défi du réseau de la santé demeure aussi celui d’être en opération 24 heures sur 24, 365 jours par année.