C'est avec un plaisir manifeste que la députée de Champlain, Sonia LeBel, et l'animateur Dave Morissette ont pris part, cette année encore à la Guignolée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières.

Pédiatrie sociale: 47 000 $ pour donner une chance égale aux enfants

TROIS-RIVIÈRES — Les rues de Trois-Rivières étaient à nouveau occupées par des bénévoles recueillant des fonds auprès des automobilistes, samedi. Ces bénévoles ont bravé les éléments pour mener à bien la Guignolée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières. Ces heures passées sous la pluie et le froid auront toutefois porté leurs fruits, puisque 35 129 $ ont été amassés au fil de la journée, de l’argent qui servira à financer les services offerts par le Centre aux enfants vulnérables. À Shawinigan, une activité de financement menée par la Maison Coude à coude, qui offre également des services de pédiatrie sociale, a permis d'amasser près de 12 000 $.

Parmi ceux qui sont sortis malgré le mauvais temps, on comptait cette année encore Dave Morissette, animateur et porte-parole de Trois-Rivières Ford. L’ancien hockeyeur était ravi de donner quelques heures de sa journée bien chargée pour une cause à laquelle il est associé depuis trois ans.

«C’est rassembleur, c’est le fun. J’ai l’impression de participer un peu au bien-être des enfants du Québec, puisque ce n’est pas qu’à Trois-Rivières ou à Montréal, les enfants en profitent à la grandeur du Québec», souligne-t-il.

En effet, une trentaine de centres, cliniques et points de services en pédiatrie sociale existent à travers la province. La Guignolée leur permettra de maintenir, voire de bonifier leurs services aux enfants qui vivent dans la pauvreté ou dans un milieu familial où la consommation est présente, notamment. Parmi ces services, on retrouve entre autres des camps de jour, des services en orthophonie, en ergothérapie et en art-thérapie.

«On offre des activités ciblées, pour que les enfants soient stimulés. On organise chaque année une fête pour les jeunes et on les amène voir le Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre, par exemple. On organise aussi un jumelage avec des adolescents du secondaire, pour qu’ils développent un projet commun», illustre la Dre Marie-Céline Caumartin, pédiatre sociale.

Le Centre de pédiatrie sociale fait également sien le combat pour le respect des droits des enfants, notamment ceux d’avoir accès à l’éducation, à des loisirs, à des services de santé et de développer leur identité.

La députée de Champlain et ministre de la Justice, Sonia LeBel, a aussi fait acte de présente aux barrages routiers organisés à Trois-Rivières.

«On fait la tournée des coins de rue pour encourager les bénévoles. Ce n’est pas grand-chose par rapport à ce que ces gens-là font, alors je veux prendre l’occasion de remercier tous ceux qui, ce matin, par cette ‘‘magnifique température’’, sont sur le coin de la rue pour une cause qui est aussi importante que celle des enfants», affirme-t-elle.

Si elle a participé à son lot de collectes de fonds en ce mois de l’année où la générosité des Mauriciens est particulièrement sollicitée, Mme LeBel reconnaît que la cause des enfants lui tient particulièrement à coeur. Elle encourage la population à participer à cet effort collectif pour que, autant que faire se peut, les enfants défavorisés puissent avoir les mêmes chances que les autres pour bien démarrer leur vie.

«Quand chacun fait juste un petit bout, c’est un petit bout d’une grande chaîne qui devient extrêmement importante», estime-t-elle.

L'objectif fixé par le Centre de pédiatrie sociale pour cette Guignolée est de 40 000 $. L'organisme continuera à cumuler les dons en ligne dans son calcul jusqu'à la semaine prochaine.

La Maison Coude à coude de Shawinigan a préféré mener son activité de financement à l'intérieur, sous la forme d'un "tea party".

‘‘Tea party’’ à Shawinigan

La maison Coude à coude de Shawinigan, qui offre des services de pédiatrie sociale et d’entraide pour les familles, organisait également une activité de financement samedi. L’organisme a choisi, cette année encore, la formule d’un ‘‘tea party’’. S’inspirant de la tradition britannique, la Maison Coude à coude offrait du thé, des sandwichs aux concombres et des scones aux visiteurs, demandant une contribution de leur part en échange. Cette activité permet à la population de rencontrer les intervenants de l’organisme, et à celui-ci de parler de sa mission.

Cette activité, qui se déroulait de 11h à 15h, a permis à l'organisme de recueillir près de 12 000 $. «On est franchement touché par la générosité de nos invités et de leur participation à cette si agréable activité de financement», souligne Lysiane Legault, directrice générale de Coude à Coude.