Sylvain Lafrance, président du Forum de consultation pour les industries culturelles et créatives, en compagnie du sociologue français et directeur au CNRS, Dominique Wolton.

Paver la voie du Québec numérique

SHAWINIGAN — Qui aurait dit il y a une décennie que Shawinigan deviendrait une référence dans l’industrie du numérique? Pour une deuxième année, Xn Québec, anciennement l’Association des producteurs d’expériences numérique, y tient cette semaine le Forum de consultation pour les industries culturelles et créatives.

Des personnalités importantes de l’industrie du numérique ainsi qu’une vingtaine d’invités internationaux convergent jusqu’à mercredi au DigiHub pour aborder de nombreux aspects d’un secteur en ébullition. Les discussions de cette année s’articulent autour de la thématique Culture et créativité numérique dans l’espace francophone: tirer profit de la mondialisation. Quelques participants du forum proviennent d’ailleurs de pays de la francophonie.

«La mondialisation n’est pas le rejet des identités, c’est même parfois la mise en valeur des identités nationales», explique Sylvain Lafrance, président du Forum, directeur du Pôle médias, HEC Montréal et président du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). «Nous avons nos cartes à jouer. Nous devons être prêts à être présents sur les marchés internationaux. Et être présent avec notre identité, nos valeurs et ce que nous sommes. [...] Oui il y a une place pour le Québec et la Francophonie dans la mondialisation. Et cette place, nous avons bien l’intention de la prendre.»

Les organisateurs du Forum de consultation pour les industries culturelles et créatives, qui s’est ouvert lundi à Shawinigan, souhaitent que des solutions concrètes émergent de cet événement. L’objectif est de «mettre en commun des expertises afin de produire des contenus francophones de qualité afin d’exporter notre créativité».

Des acteurs de l’industrie privée, comme Netflix, des académiciens ainsi que d’organisations publiques aborderont ensemble ces enjeux. Les participants au forum, qui sont au nombre de 200, proviennent de domaine comme le jeu vidéo, la production audiovisuelle, la création d’expériences numériques interactives et immersives, l’édition, la musique et l’événementiel multimédia.

«C’est un événement qui est dans l’action. On veut que ça débouche sur un nombre d’actions concrètes», souligne M. Lafrance. «On essaie ensemble de paver la voie du Québec numérique.»

Les recommandations qui sortiront du forum s’adressent aux décideurs politiques et aux organismes publics, «pour que le Québec occupe une place dans le numérique qui lui revient», ajoute Sylvain Lafrance.

Shawinigan, un incontournable du numérique

Après le succès du premier Forum de consultation pour les industries culturelles et créatives tenu à Shawinigan, les organisateurs ont voulu récidiver avec une deuxième édition. En plus de sa position géographique avantageuse, la ville de Shawinigan se démarque avec son DigiHub.

«Le DigiHub est un endroit extraordinaire pour tenir une rencontre comme celle-là, parce que ça parle de ce que nous sommes», lance à ce sujet Sylvain Lafrance. «La Ville donne l’exemple. La création du DigiHub est un très bel exemple de ce qu’on voit comme initiative dans ce secteur. Il était naturel de s’y associer pour notre événement.»

Présent lors de l’ouverture du forum lundi soir, le maire de Shawinigan estime que le retour de ce forum au DigiHub démontre que l’incubateur d’entreprise a atteint une certaine notoriété nationale. «L’ancien gouvernement nous a octroyé la responsabilité du pôle national en innovation, en lien avec ce que nous avons fait au centre d’entrepreneuriat», précise Michel Angers, qui ajoute que cet intérêt envers le DigiHub est aussi présent chez le nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ).

D’ailleurs, la nouvelle ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, était à la cérémonie d’ouverture du forum lundi soir. Elle était également accompagnée des députés caquistes de Saint-Maurice-Laviolette, Marie-Louise Tardif, et de Maskinongé, Simon Allaire. Lors de la dernière campagne électorale, le nouveau premier ministre François Legault avait visité le Centre d’entrepreneuriat et le DigiHub. Il s’était dit très impressionné de ce qui pouvait se faire en région, se souvient le maire Angers.

«Étant donné que ce sont les régions qui ont porté le gouvernement de la CAQ au pouvoir, je suis convaincu que M. Legault et son équipe vont reconnaître l’importance du développement territorial», s’est contenté de répondre le maire de Shawinigan.