Une quarantaine de citoyens se sont déplacés pour la rencontre.
Une quarantaine de citoyens se sont déplacés pour la rencontre.

Patinoire et parc dans le secteur Carignan à La Tuque: «Tout le monde l’utilise»

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque — Des citoyens réclamaient depuis déjà plusieurs mois une rencontre avec la Ville de La Tuque concernant le dossier de la patinoire et du parc dans le secteur Carignan. Cette rencontre a eu lieu, mercredi soir, avec des dirigeants de la Municipalité. Les résidents du secteur se sont déplacés en grand nombre pour se faire entendre, mais ils devront être patients avant une décision finale.

«Le parc n’est pas fermé, il est démantelé», a martelé à de nombreuses reprises le directeur général de la Ville de La Tuque, Marco Lethiecq. «C’est quoi réellement le besoin, c’est ça qu’on veut savoir», a-t-il ajouté.

Une quarantaine de citoyens ont manifesté leur attachement aux installations. Ils ont également témoigné de l’utilisation qu’ils en faisaient. «C’est clair que la patinoire est utilisée pas juste par les jeunes, par les ados et les parents aussi. C’est familial. […] Ce serait difficile de dire par qui elle est utilisée, parce que tout le monde l’utilise», a indiqué Josée Duchemin.

Une pétition qui réclame «la réinstallation des équipements de loisirs qui étaient situés sur le site du centre communautaire de Carignan a également été remise à la directrice du Service du loisir et de la culture de la Ville de La Tuque. Plus de 175 personnes ont d’ailleurs signé la pétition.

Rappelons que des modules de jeux du parc ont dû être retirés dans le secteur Carignan, qui se trouve à plus d’une dizaine de kilomètres du centre-ville de La Tuque, en raison de la vente du centre communautaire à un particulier.

En début de soirée, la Ville a présenté l’état de la situation dans la municipalité, le portrait actuel de tous les parcs et patinoires et le coût d’aménagement des installations.

En 2018-2019, les coûts d’opération pour la patinoire ont totalisé 7820 $. Pour aménager une nouvelle patinoire, la ville estime qu’il coûterait entre 31 000 et 84 000 $. Quant au parc, il faut prévoir un minimum de 2915 $ pour l’entretien. Pour aménager un nouveau parc, il faudrait environ 10 000 $ en conservant les modules de jeux existants.

Rappelons également que le conseil de ville a demandé aux fonctionnaires de faire une étude sur l’utilisation des parcs dans un objectif de centralisation qui devrait permettre de faire des économies.

Lors de la rencontre, la Municipalité a avancé des pistes de solutions comme de rationaliser les parcs déjà existants ou encore une taxe de secteur.

«Il y a différentes options, mais avant de faire un choix éclairé il faut réellement connaître les besoins», a lancé Marco Lethiecq.

La période d’échange avec les citoyens a également permis aux gens du secteur de manifester leur mécontentement sur la façon dont la situation a été gérée. La Ville a également été questionnée sur la vente du centre communautaire et l’argent de la vente.

«Le centre communautaire appartient au quartier et cet argent-là doit rester dans le quartier […] Le 59 000 $, ce serait une belle mise de fonds», a lancé Pierre Saint-Louis.

Un citoyen a également demandé le montant de taxe qui provenait du secteur comparativement à d’autres qui eux ont des parcs. La Municipalité n’était pas en mesure de répondre mercredi soir.

«C’est nous qui payons pour notre eau, même chose pour les fosses septiques. C’est nous qui payons. […] On avait déjà un parc, j’espère qu’on ne nous demandera pas une autre taxe. Je ne ferai pas juste japper… Ça n’a ni queue ni tête», a lancé Line Côté.

La décision concernant le parc et la patinoire devrait être annoncée avec le nouveau budget, mais chose certaine, il n’y aura pas de patinoire cet hiver selon le directeur général.

La prochaine étape de consultation sera d’envoyer un sondage aux citoyens pour connaître les besoins du secteur.