Passages issus des documents d’enquête

Dans leur enquête, les policiers ont été en mesure d’en apprendre beaucoup sur la personnalité de Jonathan Bettez, ses activités et ses habitudes.

Décrit par un collègue...

Un ex-employé d’Emballages Bettez l’a décrit comme un homme qui n’a pas d’éthique de travail, pas de discipline, qui a une personnalité narcissique, une dépendance au Red Bull et un problème de jeu.

Par une ex-copine

Il a été décrit par une ex-copine comme un homme qui n’aime pas la vie, qui avait des difficultés érectiles avec elle et qui n’a pas de côté affectif.

«Dossier rouge»

Dans la famille de Bettez, lorsqu’il est question de l’enlèvement de Cédrika Provencher, on parle du «dossier rouge.»

La question de son père

Selon une ex-petite amie, Bettez lui aurait dit que «son père avait déjà osé lui demander si c’était lui qui l’avait fait (disparition de Cédrika). Il aurait répondu que c’était insultant sans vraiment répondre à la question.»

Relation avec son père

Selon un ancien collègue de travail, sa relation avec son père serait de style parasitaire. Son père lui donne tout ce qu’il veut. Il a été vu pétant les plombs avec son père et le traiter de vieux sénile. Il ajoute que Bettez se désorganise facilement.

Pas de reconnaissance

Il est considéré comme un homme qui ne démontre pas de reconnaissance envers ses parents et que ceux-ci sont des gens qui lui apportent de l’argent sans plus.

Dettes de poker

Selon un membre de la famille, le père de Bettez aurait dû débourser plus de 150 000 $ pour effacer les dettes de poker de son fils. Selon une ex-copine, il pouvait perdre jusqu’à 5000$ par mois au poker.

Santé

Il aurait pris des antidépresseurs, des somnifères et consulté un psychologue.

Partie de golf du 31 juillet 2007

Selon une personne avec qui il a joué au golf le 31 juillet 2007, il aurait seulement joué un 9 trous au lieu de 18 car il « jouait mal ».Selon un autre, il n’a joué qu’un 9 trous car ça n’allait pas bien.