Le Cégep de Shawinigan connaît une hausse de ses étudiants de première année.
Le Cégep de Shawinigan connaît une hausse de ses étudiants de première année.

Pas de vague d’abandons dans les collèges de la région

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Les trois collèges de la région ne connaissent pas de vague d’abandons chez les étudiants à cause de la COVID-19. C’est plutôt la stabilité dans les inscriptions qui caractérise la session d’automne 2020.

Le Collège Laflèche compte à peine six étudiants de moins, le Cégep de Trois-Rivières en compte trois de plus et le Cégep de Shawinigan, lui, en perd 33. Selon le directeur général, Éric Milette, le Collège a toutefois connu des fluctuations à la baisse bien plus importantes dans les années passées, dont en 2017 alors que les effectifs étudiants avaient fondu de 75.

Éric Milette se dit même très satisfait des inscriptions, en ces temps de pandémie, alors que les cours se donnent à la fois de façon virtuelle à distance ainsi qu’en présentiel. C’est que plus d’une trentaine d’étudiants de l’international ont dû reporter leur formation à Shawinigan à la session d’hiver 2021, à cause de la pandémie, ce qui change bien entendu les statistiques de la rentrée pour cet établissement.

De plus, le Cégep de Shawinigan constate une hausse de ses étudiants de première année. Des 548 qu’ils étaient l’an dernier, on en compte 564 cette session.

Le directeur du Cégep de Shawinigan précise que les motifs de désistement avant la date limite d’abandon, cette session, n’étaient pas en lien avec la COVID.

Au Cégep de Trois-Rivières, le nombre d’étudiants inscrits est de 3720, soit trois de plus qu’à pareille date l’an dernier.

Le modèle hybride d’enseignement (partiellement en classe, partiellement à distance) ainsi que l’observation des mesures sanitaires semblent même avoir contribué à éviter une hausse du taux d’abandon, croit la directrice des études, Nathalie Cauchon.

Les statistiques récoltées par le Collège, sur une période de 10 ans, démontrent ici aussi que le taux d’abandon n’est pas plus significatif cette année en raison de la pandémie. Les raisons invoquées par les étudiants s’étant désistés cette année ne sont pas différentes des autres années, assure la coordonnatrice des communications, Isabelle Bourque.

«Nous sommes rapidement entrés en contact avec nos nouveaux étudiants admis en mai dernier et au début du mois d’août. Nous leur avons offert des journées préparatoires et des ateliers avant le début de la session afin de bien les préparer à la réalité collégiale en temps de pandémie», souligne Mme Cauchon.

La relation entre enseignants et étudiants a fait l’objet de communications et d’ajustements continus, précise Mme Cauchon qui considère cette relation comme un élément clé.

Du côté du Collège Laflèche, la population étudiante s’est également maintenue. Elle est de 1142 par rapport à 1148 à pareille date, l’an dernier.

Selon Anne-Laurence Jacob, responsable des communications, moins de 10 personnes ont invoqué la COVID comme raison pour se désinscrire avant la date limite d’abandon sans pénalité.

Le Laflèche comptait 23 étudiants internationaux à l’automne 2019 et en compte 12 pour la présente rentrée. «C’est donc une baisse de moitié, mais qui n’est pas significative sur le nombre global de nos étudiants», fait-elle valoir.

«Nous avions mis plusieurs actions en branle pour éviter de subir des impacts de la COVID. Pour l’instant, donc nous ne connaissons pas de conséquence importante», assure-t-elle.