Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier.

Pas de sanctions, mais pas de démission à Saint-Élie-de-Caxton

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — La tension concernant les relations de travail à Saint-Élie-de-Caxton semble s’amoindrir. Alors que le maire Robert Gauthier fait face à une certaine grogne concernant sa gestion du personnel et sa réaction face aux récents événements climatiques dans sa localité, il annonce que la Municipalité ne prendra aucune mesure disciplinaire envers des syndiqués concernant des propos tenus récemment sur l’allure des relations de travail.

La direction de Saint-Élie a connu un début de semaine animé, la séance du conseil de lundi ayant été passablement houleuse. Des citoyens ont reproché à la Municipalité de ne pas avoir ouvert un centre d’hébergement lorsque des citoyens étaient sans électricité à la suite de la tempête de la semaine dernière.

Le maire Gauthier mentionne que la priorité était de désenclaver les citoyens qui étaient isolés par des arbres qui bloquaient les routes, ce qui a été fait. Lors de sa tournée de plusieurs maisons, il indique que personne ne lui a demandé d’aller au bureau municipal pour pouvoir se réchauffer. Mais il reconnaît que le plan de sécurité civile doit maintenant être mis en œuvre.

«Le plan a été fait en 2014, mais il a été mis sur une tablette. Je ne suis pas en mode de trouver des coupables, mais le plan recommande l’achat d’une génératrice et de faire des ententes avec des hôteliers existants. On n’a pas de génératrice et pas d’entente avec des hôteliers. Je pense que la Municipalité a fait les bons choix de stratégie de priorités. Avec les moyens qu’on avait, on est allé au maximum», indique M. Gauthier.

Ce dernier reconnaît volontiers que le conseil qu’il dirige depuis plus d’un an n’a pas donné suite à ce plan d’urgence. Mais la Municipalité va ajuster le tir en raison des derniers événements. L’achat d’une génératrice est dans les cartons, de même que la bonification du plan des mesures d’urgence.

«Je n’essaie pas de vendre l’idée que tout est parfait. On va se donner les moyens pour y faire face la prochaine fois.»

Les critiques concernant la gestion du personnel et la gestion de la dernière tempête ont incité des gens à réclamer la démission de Robert Gauthier. Ce dernier assure qu’il a l’intention de terminer son mandat amorcé en novembre 2017.

«Je suis un politicien et j’accepte que les gens ne sont pas tous de mon opinion et que 45 % des gens n’ont pas voté pour moi. Mais c’est moi qui ai été élu maire et je travaille pour tout le monde. Je pense qu’on a une bonne équipe municipale. Je ne dis pas qu’on ne fait pas d’erreurs. Mais elles ne sont pas si nombreuses.»

Rencontre avec le syndicat

La direction et le syndicat ont finalement tenu une rencontre mercredi afin de discuter des relations de travail. Celle-ci devait avoir lieu il y a une semaine, mais avait été reportée par la Municipalité qui avait donné le mandat à ses avocats de faire certaines vérifications juridiques sur des propos tenus par le syndicat dans l’édition du 29 novembre du Nouvelliste.

Au sortir de cette rencontre, le maire confirme que la démarche juridique de la Municipalité n’ira pas plus loin.

«On avait besoin de vérifier certaines choses. On a discuté avec des spécialistes. À la suite des consultations, il n’y aura pas de mesures disciplinaires face aux employés. On n’est pas dans ce mode-là», assure le maire Gauthier.

Selon lui, la rencontre de mercredi a permis aux deux parties de démontrer leur bonne foi et leur volonté d’offrir des services de qualité à la population.

«Le but n’est pas d’entrer en chicane avec le syndicat, poursuit le maire. On a clarifié les positions. Il y a des points de friction, comme il y en a dans d’autres sphères d’activités. On s’est parlé, on a solutionné des problèmes et je sors de là avec optimisme.»

Anne-Claude Hébert-Moreau, présidente du syndicat local, confirme que la rencontre s’est déroulée de façon positive.

«On pense mieux s’entendre à court terme. On a senti de l’ouverture», se limite à dire Mme Hébert-Moreau.

Robert Gauthier soutient que la gestion de personnel va bien, mais ajoute la possibilité d’un problème de climat de travail. Rappelant que le précédent conseil a embauché en février 2016 une firme spécialisée dont le mandat était d’enquêter sur le climat de travail et de fournir des recommandations, le maire dit avoir consulté le rapport et des éléments n’ont pas changé.

«C’est possible que ça perdure. On s’est engagé pour mettre en place les recommandations qui sont nécessaires.»