Le parc de la Rivière-Grand-Mère.

Parc de la Rivière-Grand-Mère: un budget «serré» pour les travaux

Le conseil municipal de Shawinigan a enfin dévoilé jusqu'où il était prêt à s'avancer pour procéder aux travaux de dragage et de revégétalisation de la rivière Grand-Mère, à la hauteur du parc du même nom. Le maire, Michel Angers, admet toutefois qu'à 333 000 $, il s'agit d'une estimation «assez serrée».
Ce projet de règlement a été adopté en séance publique, mardi soir. Ce qui ne signifie toutefois pas encore que la Ville s'apprête à entreprendre les manoeuvres, prévient M. Angers.
«Nous discutons toujours avec le ministère de l'Environnement», explique-t-il. «Les travaux demeurent conditionnels à l'obtention d'un certificat d'autorisation. Nous entreprenons l'adoption du règlement pour, peut-être, faire les travaux avant l'hiver. L'automne peut être un moment propice, puisque le niveau de l'eau sera à son plus bas. On démarre le processus, mais il n'y a pas de garantie encore. Nous avons plein de conditions à remplir avant d'obtenir ce certificat d'autorisation.»
En assemblée publique le mois dernier, cette étape semblait pourtant avoir été franchie. Or, M. Angers nuance maintenant cette interprétation.
«Le ministère nous avait confirmé que nous pouvions avancer dans le dossier», explique-t-il. «Nous avions obtenu l'autorisation de faire les analyses des résidus et s'il n'y avait rien d'industriel, on pourrait aller de l'avant. Une fois que ça a été fait, il reste encore des détails à finaliser.»
Le maire précise qu'actuellement, le ministère désire obtenir le plan de la Ville pour éviter de reprendre ces manoeuvres à court terme.
«L'une des conditions, c'est de nous assurer que ça ne se reproduise pas», illustre le maire. «Nous n'aurons pas de certificat d'autorisation si, dans cinq ans, on se retrouve dans la même situation. Nous travaillons donc sur les solutions que nous allons leur proposer pour dégager la rivière, remettre l'île en ordre, disposer des résidus et s'assurer que ça ne se reproduise plus.»
En juillet en fait, la Ville se réjouissait simplement de l'ouverture du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. «S'il nous avait demandé de ne toucher à rien, nous n'aurions pas pu faire nos analyses et aller vers un règlement d'emprunt. Nous avons eu l'autorisation d'aller plus loin. Nous pourrons éventuellement excaver.»
Le maire précise que plus de 6000 tonnes de résidus doivent être retirés de cette portion de la rivière pour la remettre en ordre. Difficile, avant l'adoption du règlement, de connaître précisément sur quoi se base la Ville pour avancer le montant de 333 000 $. Ces travaux, rappelons-le, sont réclamés par des citoyens afin de redonner un nouvel éclat au parc de la Rivière-Grand-Mère.