Félix-Plourde Couture, William Robert, Jacob Hamel-Mottiez et Frédéric Bouchard ont remporté le concours Les Lumières 3.0 dans le cadre de leur formation en Sciences de la nature au Collège Laflèche. Les étudiants qui présentent sur la photo la maquette de leur projet sont accompagnés de la professeure de physique et instigatrice du concours, Mylène Robitaille.

Parc Champlain: concevoir l’éclairage de demain

TROIS-RIVIÈRES — Réinventer l’éclairage du parc Champlain du centre-ville de Trois-Rivières, voilà le mandat qu’avaient 55 étudiants de Sciences de la nature du Collège Laflèche. Le projet présenté dans le cadre du concours Lumières 3.0 qui a le plus impressionné les juges sera proposé à la Ville de Trois-Rivières et deviendra peut-être un jour réalité.

Répartis à travers 14 équipes, les étudiants ont reçu le mandat dans le cadre de leur cours d’électricité et magnétisme, de repenser l’éclairage du parc Champlain. Se basant sur un devis technique acheminé par la Ville de Trois-Rivières, les étudiants devaient réaliser des projets qui respectaient notamment les principes d’efficacité énergétique, d’économie des coûts de fabrication ainsi que d’acceptabilité sociale.

Après de longues heures en laboratoire à concevoir leur projet, les étudiants devaient ensuite préparer des maquettes à l’aide d’imprimantes 3D ainsi que produire un rapport technique. Lundi soir, les étudiants ont présenté les projets au jury composé de professeurs du Collège, mais aussi de professionnels de la firme Novo et de Dezart ainsi qu’un représentant de la Ville.

Les juges ont été impressionnés par plusieurs projets, mais celui de Félix-Plourde Couture, William Robert, Jacob Hamel-Mottiez et Frédéric Bouchard s’est particulièrement démarqué. Ces étudiants ont imaginé des lampadaires permettant de favoriser les rencontres et de rendre le parc Champlain plus convivial. Ils ont conçu des tables qui ceinturent la base des lampadaires avec un système d’éclairage muni d’interrupteurs pouvant servir aux usagers.

«Ce n’est pas seulement un poteau, c’est devenu une attraction dans le parc à cause des tables et des lumières qui sont accessibles aux utilisateurs», lançait après la soirée Félix-Plourde Couture. «Notre concept de lampadaire est aussi quatre saisons.»

Les membres de l’équipe gagnante espèrent ainsi avec ce modèle de lampadaire muni d’une table attirer des travailleurs ou encore des étudiants au parc Champlain, car après tout, cet espace vert est au cœur du centre-ville.

«Le temps est extrêmement précieux. Ce projet permet de garder les gens au centre-ville et peut-être créer un plus grand achalandage. Le centre-ville, l’été, ça bouge, mais l’hiver il y a peut-être un peu moins de monde. C’est une façon de rendre la ville vivante», ajoute Jacob Hamel-Mottiez.

Voici quelques-unes des maquettes des projets.

Les matériaux retenus pour ce projet sont l’aluminium, le bois, les lumières DEL ambrés ainsi que du plexiglas. L’aspect créatif a toutefois été, selon les dires de plusieurs participants, l’étape le plus difficile du projet. Ils avouent toutefois que cela les a poussés en dehors des sentiers battus.

«L’aspect créatif était le plus difficile dans le projet. On ne voulait pas ressembler aux autres, on voulait faire quelque chose qui plaît au monde. Nous sommes allés avec un projet plus moderne avec des courbes, mais d’autres sont allés dans des directions totalement différentes et c’est aussi beau. C’est ce qui est intéressant, tout le monde y est allé de sa créativité et à la fin, ça fait une panoplie de projets», avoue de son côté Édouard Belland, un autre étudiant qui a pris part à cette expérience peu commune.

Geneviève Richard a pour sa part grandement apprécié l’aspect très concret des Lumières 3.0, malgré l’importante charge de travail que cela a entraîné. «C’est ça que ça prend. Dans la vraie vie, un métier c’est ça. Ce n’est pas que des recherches sur Internet. Ça nous donne une belle vue d’ensemble de ce que ça va être plus tard. On est plus au cœur du sujet», note la jeune femme.

Les quelque 80 personnes présentes lundi soir au Collège Laflèche pour assister à la présentation des étudiants ont pu voter pour leur projet «coup de cœur». Cette distinction est revenue aux lampadaires aux courbes très organiques de Justine Clément, Mégane Brisebois, Kamélia Gadbois, Alexis St-Jean et Vincent Tremblay-Cadotte.

Le projet gagnant sera proposé à la Ville de Trois-Rivières qui décidera si des éléments sont retenus pour améliorer le parc Champlain. Ce sont d’ailleurs les ingénieurs de la Ville qui ont ciblé le parc Champlain, en raison d’une volonté constante de l’améliorer.

Appliquer ses connaissances scientifiques

Les équipes d’étudiants qui se sont succédé devant les juges lundi soir ont toutes proposé des projets originaux qui permettraient de changer l’aspect du parc Champlain. Les présentations appuyées de supports visuels étaient rythmées et démontraient une belle maîtrise du sujet de la part des étudiants.

Le concours Les Lumières 3.0 est une initiative de professeurs du Collège Laflèche qui souhaitaient rendre plus concret l’apprentissage des étudiants. La professeure de physique, Mylène Robitaille, et ses collègues professeurs Martin Lepage et Ismaël Koné ont déposé une demande de subvention au programme NovoScience du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec. Ils ont ainsi obtenu 50 000 $ de ce programme destiné au développement de la relève en science et en technologie.

«L’objectif était vraiment d’actualiser nos cours, de rendre les étudiants plus actifs, de solliciter des aspects qui ne sont pas nécessairement mis en valeur dans leur formation régulière en sciences de la nature. On pense entre autres à la pensée créative, le numérique et même le développement durable», explique la professeure Mylène Robitaille.