Le traiteur Dave Sigmen devra jeter tout le contenu de son réfrigérateur.

Pannes d'électricité: des pertes pour plusieurs commerces

SHAWINIGAN — Privés d’électricité pendant près de 24 heures, plusieurs commerces devront essuyer des pertes en raison des pannes causées par les abondantes chutes de neige qui sont tombées sur la région.

C’est notamment le cas dans le secteur Saint-Georges-de-Champlain à Shawinigan, où des abonnés ont dû se débrouiller sans courant à compter de mardi après-midi, et ce, jusqu’à mercredi. Les commerces situés le long de l’avenue de Saint-Georges, dont la station-service Ultramar, n’ont pas fait exception. Bien que l’endroit était ouvert lorsque Le Nouvelliste s’y est rendu en milieu de journée mercredi, il n’était pas possible d’y faire le plein car les pompes étaient évidemment hors d’usage.

«On peut faire des ventes, mais les gens doivent payer en argent», a noté Sylvie Tellier, une employée de l’endroit alors que la gérante s’est dite résignée à perdre le contenu des deux congélateurs à friandises glacées ainsi que les plats surgelés que le dépanneur offre à sa clientèle.

Les commerces occupant le bâtiment voisin, la brasserie Tonio ainsi que Dave Sigmen buffet traiteur, ont également dû composer avec les désagréments découlant des caprices de Dame Nature. Le traiteur nouvellement en affaires devra entre autres jeter tout le contenu de son réfrigérateur, ce qui compliquera passablement ses opérations au cours des prochains jours.

«J’ai dû annuler un contrat que j’avais pour ce soir (mercredi) car je ne peux pas préparer les plats sans mes équipements», a confié celui qui a donné son nom à son commerce.

Employée de la station-service, Sylvie Tellier a dû travailler sans électricité.

Du côté de la brasserie Tonio, la serveuse a mis la clé sous la porte vers 20 h 30 mardi après s’être débrouillée sans électricité pendant près de cinq heures.

«Il y a des clients qui ont passé quelques heures en sa compagnie éclairés par des chandelles. L’ambiance devait être différente», a confié le propriétaire, Jean-François Therrien, alors qu’il s’affairait à déneiger les marches devant son commerce.

40 personnes évacuées à Saint-Boniface

Plusieurs localités ont ouvert des centres d’hébergement afin d’accueillir les citoyens touchés. Shawinigan invitait notamment ses citoyens à se réfugier au centre Gervais Auto et au Centre municipal de curling.

«La Ville prend au sérieux la situation actuelle. Après 24 heures sans électricité, les maisons commencent à se refroidir. C’est donc important pour nous d’offrir aux citoyens un endroit chauffé», a mentionné le maire Michel Angers.

Même chose à Lac-aux-Sables, qui a ouvert sa salle municipale en matinée. En après-midi, une dizaine de personnes s’y trouvaient. Les citoyens étaient alors sans électricité depuis plus de 18 heures.

La propriétaire de la Villa Mille Soleils de Saint-Boniface, Sylvie Lefebvre, et sa plus vieille résidente, Lucienne Sanscartier, ont passé la journée à l’hôtel de ville de Saint-Boniface.

«On ne prévoit pas un retour dans les prochaines heures, donc on offre de la chaleur aux gens qui se chauffent seulement avec l’électricité dans leur demeure», a expliqué Valérie Cloutier, directrice générale et coordonnatrice des mesures d’urgence.

Notre-Dame-du-Mont-Carmel a aussi été durement touchée. Plus de 2000 résidences étaient privées d’électricité en matinée. Plusieurs arbres ont été endommagés. «Oui, il y a le déneigement, mais il y a aussi plusieurs équipes qui élaguent les arbres, qui dégagent les rues pour s’assurer que les déneigeuses puissent passer. Les pompiers ont été appelés en renfort», a déclaré Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Alors que peu de citoyens se sont rendus aux deux centres d’hébergement de Shawinigan, celui de Saint-Boniface a accueilli la quarantaine de résidents de la Villa Mille Soleils. La propriétaire de l’endroit, Sylvie Lefebvre, n’a pas hésité à faire appel aux services offerts par la Municipalité lorsqu’elle s’est rendu compte, en matinée mercredi, que son établissement allait être privé d’électricité pendant encore plusieurs heures. Cette dernière a d’ailleurs tenu à remercier infiniment le maire Pierre Désaulniers, les pompiers, les représentants de la Croix Rouge ainsi que les différents intervenants impliqués pour leur dévouement tout au long de la journée. Finalement, les résidents ont pu regagner leur chez-eux en fin de journée à bord de véhicules de transport adapté.

«Comme diraient les jeunes, la Municipalité a été sur la ‘‘coche’’. Dès 7 heures, j’ai posé des questions, car j’étais inquiète. Le maire a été très disponible. En 24 ans, c’est la première fois que je dois faire ça», a-t-elle raconté.

Âgée de 102 ans, Lucienne Sanscartier fait partie des personnes âgées qui ont dû être évacuées. Tout comme les autres résidents, elle ne semblait pas du tout ébranlée de devoir passer quelques heures dans la grande salle de l’hôtel de ville.

Le maire de Saint-Boniface, Pierre Désaulniers, en a profité pour s’entretenir avec des résidents, dont Thérèse Grenier et sa fille, France Samson.

«J’ai déjà vu pire», a-t-elle énergiquement lancé.