La Commission scolaire de l’Énergie est en progression depuis trois ans.
La Commission scolaire de l’Énergie est en progression depuis trois ans.

Palmarès des commissions scolaires: la CS de l’Énergie en deuxième position

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — La Commission scolaire de l’Énergie figure parmi les 10 meilleures des 69 commissions scolaires du Québec si l’on en croit la troisième édition du classement des commissions scolaires du Québec publiée lundi dans le Journal de Montréal et basée sur les données colligées par l’Institut Fraser à la suite des examens du ministère de l’Éducation subis par les élèves de 4e et 5e secondaires.

La Commission scolaire de l’Énergie se place en effet en deuxième position, selon ce classement, avec une cote globale de 6,4 et se situe également au coude à coude avec la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord et la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs.

Outre les examens du ministère de l’Éducation, d’autres indicateurs sont également considérés, dans ce classement, comme l’écart entre garçons et filles et la proportion d’élèves ayant un retard dans leur parcours scolaire.

L’Énergie fait également partie des cinq commissions scolaires du Québec ayant obtenu les plus fortes hausses.

Le directeur général, Denis Lemaire, accueille la nouvelle avec une joie entremêlée d’humilité. «On a travaillé fort», dit-il en ajoutant que dans les autres commissions scolaires aussi, le personnel travaille fort. M. Lemaire précise toutefois qu’à la Commission scolaire de l’Énergie, les conditions de travail ne sont pas «toujours évidentes». Pas moins de 75 % des élèves arrivent en effet d’un milieu défavorisé et ne bénéficient donc pas d’un accompagnement parental idéal, explique-t-il.

De plus, 16,3 % des élèves accusent un retard d’apprentissage et 26,9 % des élèves sont handicapés ou en difficulté d’adaptation et d’apprentissage alors que la moyenne provinciale est de 22,7 %, souligne-t-il.

Le résultat du palmarès de Fraser est donc très bien accueilli, reconnaît-il, d’autant plus que la Commission scolaire de l’Énergie «est sur une lancée», dans ce palmarès, souligne-t-il. En 2017, elle était en effet en 11e position, puis en 6e position en 2018. La 2e position acquise en 2019 «est encourageante. Ça démontre que l’on progresse», dit-il.

M. Lemaire croit que l’approche adoptée par sa commission scolaire d’intervenir en prévention auprès des jeunes dès le bas âge semble donner des fruits intéressants.

L’idée, espère-t-il, est maintenant de conserver cette avancée.

La responsable des communications de la Commission scolaire de l’Énergie, Amélie Germain-Bergeron, rappelle que la Commission scolaire de l’Énergie n’en est pas à sa première distinction. Elle se situe en effet «dans le top 10 des commissions scolaires au Québec qui attribuent le plus de ressources aux élèves», rappelle-t-elle.

De son côté, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy se situe en 13e position dans le répertoire de Fraser. La porte-parole, Anne-Marie Bellerose, indique que la Commission scolaire du Chemin-du-Roy ne commente pas ce type de document, habituellement, pas plus que le palmarès des écoles de Fraser.

«Plusieurs actions sont mises en place afin d’assurer la réussite de nos élèves. Nous en avons fait la démonstration lors de la présentation de notre rapport annuel où plusieurs interventions et réalisations sont inscrites», précise-t-elle.

Pour sa part, la Commission scolaire de la Riveraine se retrouve parmi les cinq commissions scolaires ayant les plus fortes baisses au Québec. Elle est en 18e position. Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires à ce sujet lundi.