Le réservoir Blanc sera plus bas qu’à l’habitude pour l’ouverture de la pêche.
Le réservoir Blanc sera plus bas qu’à l’habitude pour l’ouverture de la pêche.

Ouverture de la pêche: le réservoir Blanc plus bas qu’à l’habitude

La Tuque — Hydro-Québec a fait savoir, à l’aube de l’ouverture de la pêche, que le niveau du réservoir Blanc sera plus bas qu’à l’habitude entre le 15 et le 25 mai, et ce, pour être en mesure de recevoir les apports d’eau appréhendés au cours des prochaines semaines.

Depuis le 11 mai, la société d’État a commencé à abaisser partiellement le niveau du réservoir Blanc pour faire place à la seconde pointe de crue anticipée en raison de la forte quantité de neige toujours présente en Haute-Mauricie.

«La fonte de ce couvert de neige, qui est en pause depuis environ une semaine, reprendra au cours des prochains jours et nous devions libérer de l’espace dans notre réservoir pour recevoir cette quantité d’eau à venir», a indiqué Hydro-Québec.

L’évolution de la situation est suivie de près par les équipes de la Société d’État. On assure que les manœuvres sont ajustées quotidiennement en fonction des prévisions météorologiques et hydrologiques à jour.

«L’utilisation de ce réservoir est limitée et ciblée dans le temps. Hydro-Québec fait une gestion prudente et diligente de la rivière pour réduire au minimum les impacts de la crue sur l’ensemble des communautés et des infrastructures riveraines», souligne Hydro-Québec qui demeure à l’affût des caprices de Dame Nature.

La population est invitée à être prudente à proximité d’installations d’Hydro-Québec. Des informations sur les comportements sécuritaires à adopter près d’une installation hydraulique, sont également disponibles sur le site Web www.hydroquebec.com/electricite-et-vous/.

Rappelons qu’en Mauricie, les installations d’Hydro-Québec permettent de régulariser 40 % des apports d’eau naturels. Les autres 60 % des apports d’eau coulent directement jusqu’à la rivière sans être retenus.

«À l’exception de celle de Rapide-Blanc, les centrales de la rivière Saint-Maurice sont au fil de l’eau. Elles ne peuvent donc pas retenir l’eau comme le barrage d’une centrale à réservoir le ferait. Nous devons composer avec les apports naturels qui fluctuent au gré de la pluie, de la température et de la fonte de la neige», a conclu Hydro-Québec.