Charlène Gauthier, directrice adjointe chez Trois-Rivières Ford-Lincoln, est soucieuse des consignes d’hygiène.
Charlène Gauthier, directrice adjointe chez Trois-Rivières Ford-Lincoln, est soucieuse des consignes d’hygiène.

Ouverture de commerces sous le signe de la prévention

Trois-Rivières — Alors que le Québec rouvrait lundi une grande proportion de ses commerces avec une porte donnant accès directement à l’extérieur, la Mauricie n’a pas échappé à ce phénomène. Certains ont toutefois préféré repousser à mercredi le Jour J.

Il faut dire que la prévention était de mise chez Trois-Rivières Ford-Lincoln, qui avait pu maintenir les activités de réparation de son atelier mécanique avant d’y ajouter plus récemment des travaux d’entretien et le changement de pneus.

«Si on ne veut pas être obligé de refermer, on n’a pas le choix. Il y a de l’affichage partout. Tous les bureaux ont un plexiglas qui sépare le vendeur des clients, les véhicules sont désinfectés avant et après chaque essai routier, les clients sont obligés de se laver les mains, sinon, ils sont invités à retourner chez eux», explique la directrice adjointe, Charlène Gauthier.

Michelle Biondi, propriétaire de Biondi Design La Cadoterie, est en pleine préparation pour la réouverture prévue mercredi.

Même si ce n’était pas l’affluence en cette première journée, elle confirme avoir reçu «énormément plus de demandes Internet qu’habituellement dans le dernier mois». Et pour l’instant, le concessionnaire automobile ferme ses portes à 19 h plutôt qu’à 21 h.

«C’est sûr que la plupart des concessionnaires vont faire ça sur des heures réduites et idéalement sur rendez-vous. Il faut qu’ils respectent la distanciation sociale», fait d’ailleurs remarquer le directeur général de la Corporation des concessionnaires d’automobiles de la Mauricie, Jean Asselin.

Alors que les consommateurs se sont rués vers des points de vente tels que Garage, Sports Experts et Best Buy, d’autres commerçants préfèrent attendre à mercredi avant de recommencer à recevoir la clientèle. C’est le cas de Plante Sports, aux Galeries du Cap, qui a un accès par l’extérieur du centre d’achat.

Yves Tremblay, propriétaire de Plante Sports, entend accueillir sa clientèle dès mercredi.- Photo: François Gervais

«On a mis des distanciations sur le plancher pour le monde, on a installé des plexiglas partout où c’était recommandé. Ce sera le même procédé que les autres: lavage de mains, cordons de sécurité. On va accompagner les clients quand ils vont aller dans les différents départements. On n’a pas le choix. C’est une première expérience, on ne sera peut-être pas parfait, mais on va répondre aux exigences de sécurité. C’est ça qui est important», confie le propriétaire, Yves Tremblay.

Pourquoi ce délai pour ouvrir? «On a 59 employés et on n’a pas le choix de faire des meetings. On ne peut s’adresser à tout le monde en même temps. Et il y a des accessoires. Il faut poser les plexiglas et tout le monde commande des choses semblables. Mercredi, on va être prêt à accueillir notre monde», assure-t-il.

Même chose du côté de la propriétaire de Biondi Design La Cadoterie, à Nicolet, Michelle Biondi, qui est à finaliser les préparatifs d’ouverture tels que l’installation de plexiglas.

La jeune génération était au rendez-vous pour cette première journée de réouverture à la boutique Garage.

«Je rouvre mercredi pour de bon. Depuis que j’ai pignon sur rue, on était ouvert sept jours sur sept, mais j’ai dû fermer parce que je n’étais pas essentielle. Il y aura du Purell à l’entrée, une affiche qui va dire: désinfection tout de suite en rentrant, des pas à terre proches du comptoir à deux mètres de distance, les flèches dans toutes mes allées», se plaît-elle à énumérer.

Même si elle prévoit une reprise des activités graduelles, la production de masques suscite déjà beaucoup d’engouement chez cette boutique de décoration et cadeaux.

«C’est vraiment du beau qu’on fait. C’est fait à Nicolet, c’est vraiment local. Quand on dit achat local, ça vient d’ici. Les gens appellent. Je sais que mercredi matin, je vais avoir du monde à la porte», prédit la femme d’affaires.

La réouverture du Best Buy était visiblement attendue par plusieurs.

Ouverture assombrie chez Meubles Jacob

Or, dans le cas de Meubles Jacob, la réouverture tant attendue a été assombrie par le décès subit d’une employée qui avait eu la responsabilité de préparer les mesures de précaution liées à la COVID-19. Conséquence? La direction a décidé de fermer les deux magasins de Saint-Tite et Shawinigan en après-midi pour rouvrir à nouveau mardi matin.

«On avait tout mis en marche, tout était correct. Cette employée était supposée être là à 7 h car il fallait mettre en place des choses. Elle n’arrivait pas. Mais quand on a su la nouvelle vers 11 h qu’elle avait été trouvée sans vie chez elle, tout le monde est tombé à terre. Ce fut un choc. On a fermé les magasins l’après-midi car les employés n’avaient plus la tête à travailler et le moral des troupes n’était plus là. On va se reprendre mardi», raconte le copropriétaire, Christian Jacob.

Surtout que pas plus tard que vendredi dernier, la dame de 55 ans, qui travaillait à Saint-Tite, avait rencontré les employés en prévision de l’ouverture et des consignes à appliquer. «C’était ma vendeuse numéro un», souligne son patron.

Le magasin Sports Experts a attiré son lot de consommateurs en ce jour J.

C’est donc dans l’environnement sécuritaire qu’elle aura créé que le consommateur débarquera mardi, même si les premières heures d’ouverture de lundi se sont avérées fort réussies «avec beaucoup d’achalandage».

Ne toucher à rien, pas plus que deux par famille, pas d’enfants, présence constante d’un conseiller, affiches, plexiglas, protection des matelas essayés, désinfection des divans testés: voilà autant de mesures qui furent instaurées par la regrettée conseillère chez Meubles Jacob.