La proposition, qui implique la standardisation de la grosseur des boîtes et l'interdiction des couleurs, des logos et des illustrations sur les paquets, interpelle déjà l'industrie.

Ottawa veut des emballages neutres pour les produits du tabac

Le gouvernement fédéral lance des consultations publiques sur la banalisation des emballages des produits du tabac.
Le gouvernement propose d'uniformiser la couleur et la typographie des emballages, en plus de réglementer la taille et la forme des boîtiers afin de réduire leur attrait, notamment auprès des jeunes.
L'industrie du tabac s'oppose fortement aux intentions du gouvernement libéral, et les nouvelles mesures pourraient mener à une autre bataille judiciaire entre Ottawa et les grandes entreprises.
La ministre de la Santé, Jane Philpott, dit être bien au courant de l'opposition des entreprises de tabac. «L'Australie, il y a quelque temps, a connu une réussite sur le plan juridique et la Grande-Bretagne, très récemment, aussi».
L'industrie fait largement connaître son opinion au sein des députés, a ajouté la ministre tout en insistant pour dire que le gouvernement ne changera pas d'idée quant à son plan. «Il n'y a aucun doute que nous allons procéder avec une réglementation des paquets, a dit Jane Philpott. Nous voulons connaître la meilleure façon de le faire.»
De son côté, le gouvernement dit que le tabagisme coûte environ 4,4 milliards $ en coûts directs de soins de santé. Les autorités ajoutent que l'on compte actuellement plus de 5 millions de fumeurs au Canada et «85 pour cent des fumeurs adultes quotidiens ont commencé à fumer avant l'âge de 18 ans».
La ministre de la Santé, Jane Philpott, est persuadée de l'efficacité de ce type de réglementation, affirmant que «les recherches montrent que la banalisation des emballages pour les produits du tabac est une façon efficace de dissuader les gens de commencer à fumer».
De son côté, la Société canadienne du cancer salue la décision d'Ottawa et affirme qu'il s'agit «d'une mesure clé» pour lutter contre le tabagisme chez les jeunes et pour «faire progresser la santé publique».
Les Canadiens sont donc sondés sur les moyens à prendre pour rendre neutres les emballages jusqu'au 31 août 2016. Ceux et celles qui désirent donner leur opinion peuvent le faire, entre autres, en remplissant un questionnaire en ligne.
Outre l'Australie, la France, la Grande-Bretagne et l'Irlande ont aussi adopté des paquets banalisés et plusieurs pays, comme la Norvège, la Hongrie, la Nouvelle-Zélande, la Belgique, Singapour et l'Afrique du Sud, songent à adopter la mesure.
Il s'agit d'une annonce significative dans le dossier du tabac, a ajouté l'avocat et analyste pour la Société canadienne du cancer, Rob Cunningham. «Les consultations font partie du processus de réglementation, a expliqué M. Cunningham en entrevue. Cela fait avancer les choses. D'autres pays ont aussi tenu des consultations».
La réglementation contemplée par Ottawa va au-delà de ce que l'Australie a adopté, notamment avec l'interdiction des cigarettes ultra-minces.
«Ce serait une chose que l'Australie n'a pas faite», a précisé Rob Cunningham en précisant qu'il s'agit d'un produit souvent préféré des femmes.