Avec encore quelques soirées d’activité à venir, Opération Nez rouge anticipe déjà un bilan positif pour la présente édition.
Avec encore quelques soirées d’activité à venir, Opération Nez rouge anticipe déjà un bilan positif pour la présente édition.

Opération Nez rouge: le service demeure populaire

Sébastien Houle
Sébastien Houle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Avec encore quatre soirs d’activité avant la fin de sa campagne, Opération Nez rouge dresse d’ores et déjà un bilan positif de la présente édition, avec 1784 raccompagnements dans la région, depuis la mise en branle du service, le 29 novembre dernier.

Or, souligne Danielle Vien, directrice communications et marketing par intérim de l’organisation, il faut toujours se garder de parler d’objectifs, rappelant que la mission première de Nez rouge en est d’abord une de sensibilisation et non de services essentiels.

La mise en garde étant faite, on se félicite néanmoins du travail accompli à ce jour cette année. À l’échelle du Québec, ce sont plus de 40 000 raccompagnements qui ont été effectués, impliquant la participation de 29 644 bénévoles, rapporte-t-on. Si le service est offert un peu partout au Canada, il demeure résolument plus populaire au Québec, tandis que ce sont environ les 3/4 des raccompagnements au pays qui y sont faits.

Mme Vien n’hésite pas à parler de «tradition» afin d’expliquer l’engouement pour le service et l’implication bénévole au Québec, alors que la 36e édition de l’opération bat son plein.

Plus localement, c’est à Trois-Rivières que le service demeure le plus populaire, avec plus de 1000 raccompagnements à ce jour cette année et environ 25 000 $ recueillis en dons. Des organisations sont également actives à Shawinigan, Louiseville, Mékinac et Nicolet-Bécancour. Soulignons toutefois que le service prenait fin samedi à Louiseville et à Nicolet-Bécancour.

Danielle Vien fait valoir que l’Opération Nez rouge relève d’organisations locales et qu’il peut être difficile de recruter des équipes de bénévoles les soirs de fêtes, là où les foyers de population sont moins importants. Aussi, les organisations qui mettent un service sur pieds doivent s’engager à être actives un minimum de huit soirs durant la période des Fêtes.

Elles ne sont toutefois pas tenues de participer à l’ensemble de la campagne.

On se félicite par ailleurs des améliorations apportées au service grâce à l’application Nez rouge. Celle-ci permet notamment aux équipes de bénévoles de recevoir de nouvelles affections en temps réel, une fois un raccompagnement terminé, plutôt que de se rapporter à une centrale. Elle offre aussi aux usagers du service l’avantage d’obtenir le temps d’attente approximatif avant l’arrivée des bénévoles.

Mme Vien rappelle cependant qu’il est recommandé de planifier ses sorties en prévoyant un endroit où passer la nuit, si l’on a trop bu, ou de faire des arrangements avec un proche pour un raccompagnement. Opération Nez rouge ne peut garantir le service, tout comme elle ne prend pas de réservations.

On retiendra finalement que le service est encore offert à Trois-Rivières et Shawinigan les soirs du 24, 27, 28 et 31 décembre, et dans Mékinac, le soir du 31 décembre seulement.