Le district entrepreneurial innovant Open Trois-Rivières.
Le district entrepreneurial innovant Open Trois-Rivières.

Open Trois-Rivières: IDE déjà en contact avec l’Office de la langue française

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières est déjà en relation avec l’Office québécois de la langue française (OQLF) dans le dossier du District entrepreneurial innovant Open Trois-Rivières. L’organisme entend d’ailleurs se conformer à toutes les modifications qui seront nécessaires s’il advenait qu’elle contrevienne à la Charte de la langue française.

On se souviendra que la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie, par le biais de sa dernière infolettre, a invité ses membres à écrire tant au maire Jean Lamarche qu’au directeur d’IDE Trois-Rivières Mario de Tilly ainsi qu’aux conseillers municipaux afin de leur témoigner de leur désaccord face au choix du nom anglophone Open pour désigner le nouveau district entrepreneurial. Un hyperlien a par ailleurs été ajouté afin de déposer des plaintes à l’OQLF.

____________________________

À lire aussi: L’Office québécois de la langue française formellement interpellé pour Open

____________________________

Or, IDE Trois-Rivières a tenu à préciser, lundi, qu’elle travaille déjà de concert avec l’OQLF à ce sujet, après que l’office eut contacté l’organisme trifluvien. Une démarche qui est survenue avant la sortie récente de la SSJB-Mauricie, fait remarquer Laurence Gagné, chargée de projet à IDE Trois-Rivières.

«L’équipe est accompagnée par des conseillers spécialistes externes à l’organisation et elle travaille activement à analyser le dossier et les demandes de l’Office québécois de la langue française», a signifié Mme Gagné dans un communiqué de presse émis lundi.

Cette dernière confirme que si l’analyse conclut que Open ne répond pas aux normes légales, des modifications seront apportées.

«Soyez assurés que notre préoccupation première, en tant qu’organisme paramunicipal, est de nous conformer avec les lois en vigueur, y compris celles sur la langue française. Au terme de l’analyse et des recommandations de l’OQLF, si des modifications sont nécessaires en conformité avec la loi, elles seront apportées», ajoute le communiqué.