Une vingtaine de commerçants de Grand-Mère ont participé à la rencontre organisée pour eux par la Ville de Shawinigan mercredi soir.

«On veut savoir ce que vous pensez»

SHAWINIGAN — La nouvelle marina qui sera aménagée dans les prochains mois sur le site de l’ancienne usine Laurentide est un projet qui permettra de revitaliser le secteur Grand-Mère. C’est du moins ce qu’espèrent les élus shawiniganais. Ce projet de marina de même que l’idée de retirer le sens unique sur l’avenue Grand-Mère ont été présentés à une vingtaine de commerçants mercredi soir lors d’une rencontre de consultation.

Sur les quelque 170 invitations envoyées à des commerçants, seule une vingtaine d’entre eux ont répondu présent. Dès l’ouverture de la rencontre, le maire Michel Angers a invité les commerçants et les citoyens à s’exprimer ouvertement. «On veut savoir ce que vous pensez. On veut avoir vos idées», a déclaré le maire Michel Angers.

Cette nouvelle marina sera située sur le site de l’ancienne usine Laurentide, des terrains en bordure de la rivière Saint-Maurice qui changent totalement de vocation. L’objectif est de redonner un accès privilégié à la population à un ancien site industriel.

«On ne pouvait avoir un meilleur endroit que celui-là», a affirmé le maire de Shawinigan.

La future marina du secteur Grand-Mère pourra accueillir 99 bateaux et comprendra tous les services. Il y aura également une rampe de mise à l’eau accessible gratuitement pour les citoyens. Les voiliers devront cependant mouiller au nord du pont de Grand-Mère, car celui-ci n’est pas suffisamment haut pour leur permettre de passer.

La capitainerie sera le bâtiment principal du site. En plus d’un bistro, on retrouvera à l’intérieur une salle multifonctionnelle pouvant accueillir 136 personnes. En hiver, le site pourrait être utilisé par les amateurs de motoneige et de quad.

Le passé industriel de Shawinigan et du site de la marina sera mis en valeur. Le parc riverain aura une thématique industrielle et certains éléments, comme une tour du convoyeur de l’ancienne usine Laurentide, seront préservés.

«Tout ça est accessible au public. Ce n’est pas juste pour ceux qui ont des bateaux, c’est pour tout le monde», a précisé le maire en insistant sur ce point. «Mais on veut aussi que les gens de l’extérieur viennent nous voir. Ça va rouler 12 mois par année et c’est l’objectif.»

Ce projet de la Ville de Shawinigan représente des investissements de 14 millions $. Il sera financé à parts égales par la Municipalité, Québec et Ottawa.

La nouvelle marina du secteur Grand-Mère sera située sur l’ancien site de l’usine Laurendide.

Les travaux de construction de la marina doivent débuter dès cet été. L’ancien site industriel devra toutefois d’abord être décontaminé. Si tout va bien, cette décontamination devrait débuter en juillet. Après tout, cet endroit était l’ancienne cour à bois de l’usine Laurentide. Par la suite, la construction ira de l’avant et la Ville souhaite que tout soit terminé pour une ouverture en mai ou juin 2019.

Une marina et le parc riverain permettraient d’attirer de nouveaux investisseurs voulant développer des projets. Le maire Michel Angers a d’ailleurs évoqué l’établissement d’une auberge sous la formule condo-hôtel ainsi que d’un spa près de la marina.

Un des participants à la rencontre a demandé si la Ville avait pris en considération la protection des berges de la rivière Saint-Maurice. «Il faudra faire une éducation collective auprès des usagers. Et nous sommes en démarche avec la Sûreté du Québec pour avoir des contrôles des navires», a noté le maire Michel Angers.

La fin des sens uniques?
La Ville souhaitait avoir l’opinion des commerçants sur un possible abandon des sens uniques sur la 5e Avenue et l’avenue Grand-Mère. Il s’agit d’un projet qui est relié à celui de la marina. L’objectif sera de favoriser la circulation sur l’artère commerciale qu’est l’avenue Grand-Mère.

Shawinigan avait déjà abandonné le sens unique ailleurs sur son territoire, comme sur la 5e rue la Pointe.

«On offre la possibilité qu’il y ait deux fois plus de véhicules qui passent devant les commerces. Sans ce changement, tous ceux qui vont venir à la marina, ils ne passeront pas sur l’artère commerciale», a soutenu le maire Michel Angers. «Cherchez un commerçant de la 5e rue de la Pointe qui veut revenir en arrière. Vous n’en trouverez pas.»

La principale crainte soulevée par les commerçants est l’impact que ça pourrait avoir pour la livraison. Avec une avenue commerciale où la circulation se ferait à double sens, il y aurait assurément plus de circulation. De plus, la Ville estime que cette configuration serait bénéfique pour la sécurité. Les automobilistes circuleraient moins rapidement.

De plus, les extrémités de l’avenue Grand-Mère et de la 5e Avenue entraînent certains défis. Les configurations de ces rues sont plutôt particulières. «Il y a un enjeu de configuration et d’aménagement, c’est certain», avoue le porte-parole de la Ville, François St-Onge.

Quelques participants à la rencontre de mercredi soir ont affirmé qu’il sera difficile d’avoir des places de stationnement. Ils ont dit que c’est actuellement le cas sur la 5e rue de la Pointe.

À titre consultatif, la Ville a demandé aux participants de se prononcer sur ce sujet. Sur les 13 commerces représentés, les dirigeants de neuf d’entre eux se sont dit en faveur de l’abandon des sens uniques.

«Ne tenez pas pour acquis que ça se fait. On va analyser plus en profondeur le projet et on va revenir éventuellement avec une autre rencontre», a conclu Michel Angers.