Blaise Gagnon, directeur du Centre de solidarité Saint-Eugène, accompagné de Ronny Bourgeois, président d’honneur de la campagne de financement. Ils espèrent amasser les fonds nécessaires pour remettre à neuf le toit de l’église.

«On veut conserver l’histoire»

TROIS-RIVIÈRES — L’ancienne église Saint-Eugène dans le secteur Cap-de-la-Madeleine est dorénavant un Centre de solidarité. Les fondateurs de ce nouvel organisme veulent garder ce patrimoine, mais surtout conserver la mission initiale, celle d’aider les gens de la communauté.

«Lorsqu’on a trouvé cette église qui était vacante, on voulait redonner cette richesse à la communauté», explique Blaise Gagnon, directeur du Centre de solidarité Saint-Eugène.

L’achat de cette église a engendré plusieurs coûts de rénovation. Le toit est notamment une priorité pour maintenir la longévité de cet établissement. «Nous devons remettre à neuf le toit de cette église qui a près de 50 ans. Nous avons donc mis sur pied une campagne de financement et nous ciblons les gens d’affaires ainsi que les ex-paroissiens de cette église», explique M. Gagnon. L’organisme a fait appel à Ronny Bourgeois, directeur général du Complexe funéraire J.D. Garneau afin de les aider à amasser les fonds nécessaires pour remettre à l’état neuf le toit du Centre de Solidarité Saint-Eugène. Il est nommé président d’honneur de cette campagne de financement qui vise à amasser la somme de 20 000 $.

L’église Saint-Eugène dans le secteur Cap-de-la-Madeleine est maintenant un Centre de solidarité.

Plusieurs services sont offerts par le Centre de solidarité Saint-Eugène tels qu’un comptoir vestimentaire et un café de quartier. Les gens pourront se réunir dans le café communautaire afin de jouer à des jeux de société, tricoter et assister à des conférences. «Les gens sont très heureux de venir aux Trouvailles d’Eugène, le comptoir vestimentaire. Tous les morceaux de linges sont très propres et surtout les prix sont très bas donc très accessibles. De plus, on offre aux personnes plus démunies de les habiller gratuitement», explique M. Gagnon.

«Le café communautaire sera offert autant aux gens à faible revenu qu’à monsieur et madame Tout-le-Monde. On veut surtout que les gens de tous les milieux se fréquentent», renchérit M. Gagnon. Il faut souligner que le café communautaire sera ouvert au mois de mai, lorsque les espaces sanitaires seront installés dans l’établissement. En plus d’aider au financement de toit, M. Bourgeois a aussi remis gratuitement le mobilier qui sera utilisé pour le café communautaire.

«On venait plusieurs fois par année pour y tenir des funérailles et nous trouvons important de conserver ce patrimoine religieux. C’est une opportunité d’utiliser cette église pour d’autres fins, mais en même temps, c’est dans la même lignée puisque les fondateurs veulent continuer à aider les autres», précise-t-il.

Rappelons que tous les dons peuvent être acheminés directement au Centre de solidarité Saint-Eugène.