La ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Lise Thériault.

«On sent une ouverture du gouvernement»

Trois-Rivières — «On sent une ouverture du gouvernement. C’est un beau pas.»

Marie-Andrée Trudel, propriétaire d’une maison atteinte de la mérule pleureuse, accueille avec satisfaction le dépôt du rapport du comité interministériel sur le dossier. Cette résidente de Saint-Tite était à Québec jeudi pour le dépôt de ce rapport. Elle se dit satisfaite de la réaction de la ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Lise Thériault.

«On est content», dit Mme Trudel. «Mme Thériault prend le dossier au sérieux. On avance dans les procédures et on va continuer de suivre le dossier. Je suis aux prises avec ma maison, le prêt hypothécaire, la mérule. De voir que ça avance, ça vient m’aider à supporter ce fardeau.»

Le rapport soumet différentes recommandations, abordant notamment la prévention de la contamination des maisons et la formation de professionnels en bâtiment pour identifier ce problème. La création d’un fonds d’aide est absente des recommandations.

«On a rencontré Mme Thériault une vingtaine de minutes (jeudi) et elle dit que son gouvernement veut aller plus loin, qu’elle est en discussion avec M. Leitão (Carlos, le ministre des Finances) pour trouver de l’argent. C’est positif», mentionne Maxime Boivin, du Regroupement mérule pleureuse Québec et aussi victime de ce problème dans sa maison de Saint-Marcellin, au sud de Rimouski.

La mérule pleureuse est un problème observé partout au Québec. Selon M. Boivin, au moins quatre dossiers ont été relevés au cours des derniers mois en Mauricie.