L’ouverture de la saison de camping pourrait être bouleversée dans les prochaines semaines.
L’ouverture de la saison de camping pourrait être bouleversée dans les prochaines semaines.

«On préfère ouvrir à deux mètres de distance qu’être fermé»

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — Le printemps s’est installé, le soleil réchauffe l’ambiance et lentement, on se dirige vers la saison de camping qui pourrait connaître une ouverture un peu bouleversée. D’ici là, on se tient au courant des indications gouvernementales entourant la pandémie de la COVID-19 et on se croise les doigts afin de pouvoir accueillir les amateurs aux quatre coins de la région.

L’Alliance de l’industrie touristique du Québec a toujours la date du 4 mai dans la mire, et on indique qu’à cette date, 90% des campings ne sont pas encore ouverts. On assure être à pied d’oeuvre pour que la saison 2020 de camping ait lieu.

Même si la grande majorité des terrains de camping ne prévoient qu’ouvrir à la mi-mai, on ne se met pas la tête dans le sable. Le premier ministre François Legault a lancé un message clair aux Québécois: on en a pour des mois avec la distanciation sociale de deux mètres.

Une mesure qui n’est pas sans conséquence selon certains propriétaires de terrains de camping où les rassemblements sont très fréquents. Quoi qu’il en soit, les entrepreneurs assurent qu’ils suivront à la lettre les recommandations du gouvernement.

Au Camping La Tuque, on a barricadé l’entrée pour le moment. Pas question de laisser les gens entrer sur le site, même pas pour aller marcher. On espère de tout cœur pouvoir ouvrir les portes à temps, mais on sait déjà qu’on devra probablement s’ajuster.

«Ça va dépendre des consignes du gouvernement. S’il faut fermer la piscine, le restaurant, les jeux, on va le faire. Les gens devront respecter les deux mètres (de distanciation sociale) si c’est encore en vigueur», lance Sylvain Veillette, responsable du Camping La Tuque.

«On analyse les consignes tous les jours, mais on sait qu’il va y avoir des impacts. Les gens viennent souvent en groupe. Il y a même des gens qui ont commencé à annuler. On espère ouvrir le 8 mai, mais s’il faut attendre deux semaines de plus, on va le faire. C’est le gouvernement Legault qui donne les consignes. On avait eu un très bel été l’année passée. On avait mis le paquet pour que les gens reviennent, mais là...», ajoute-t-il.

Certains ont déjà dû annuler ou déplacer des événements. C’est le cas au Camping Rouillard qui devait présenter trois spectacles pour souligner l’ouverture. Les prestations de Guylaine Tanguay, Dominick Léonard et Stéphane Bélanger ont été reportées en mai 2021.

«C’est certain qu’on ne pouvait pas présenter ça. On a une petite salle de 200 personnes dans laquelle on est tous cordés les uns sur les autres. Il fallait oublier ça. C’est reporté en 2021 […] On a bien des scénarios, mais c’est certain qu’on espère ouvrir. Le mot actuellement, c’est incertitude, il n’y a rien d’heureux dans ce qui se passe en ce moment. On n’était pas préparé à ça», note Martin Picard, propriétaire du Camping Rouillard.

«On préfère ouvrir à deux mètres de distance qu’être fermé. C’est énorme ici le mois de mai, je fais autant de business que j’en fais l’été, ça représente énormément de mon chiffre d’affaires», s’inquiète-t-il.

La majorité des propriétaires de terrains de camping sentent toutefois l’appui de leurs clients saisonniers dans cette situation hors de leur contrôle.

«On se sent très supporté par nos clients. On sent aussi que l’inquiétude plane partout sur la planète et nous ne sommes pas différents des autres. Tout le monde veut mettre l’épaule à la roue pour que ça aille le mieux possible dans les mois à venir. On va suivre les recommandations adéquatement pour assurer la santé de tout le monde», note Claire Gariépy du Camping Belle-Montagne situé à Saint-Paulin.

Au Camping Domaine le Corral, la situation est un peu différente actuellement puisqu’il y a une vingtaine des gens qui y résident en tout temps.

«On suit les consignes, il y en a qui trouve ça difficile, mais ce n’est pas un choix. […] On ne peut pas recevoir de visite, on est confiné comme tout le monde», explique le gérant Stéphane Asselin.

«De notre côté, on va retarder un peu l’ouverture. On pourrait aussi étirer en octobre», ajoute-t-il.

L’Alliance de l’industrie touristique du Québec explique également qu’une poignée de terrains sont ouverts aux snowbirds qui sont rentrés plus tôt que prévu de la Floride selon des conditions bien strictes.

Seuls les snowbirds qui n’ont pas d’autre option de logement au Québec peuvent camper sur les terrains des emplacements concernés. Tous les espaces communs sont fermés. Les services d’eau, électricité et d’égout doivent être fournis directement vers les sites et ils doivent respecter les consignes du gouvernement.

Il est strictement interdit pour les campeurs clients de ces campings de se rendre dans ces terrains.