Le député sortant de la CAQ dans Nicolet-Bécancour, Donald Martel, posant devant son local électoral.

«On ne tient rien pour acquis»

BÉCANCOUR — Même si François Legault n’a pas encore mis les pieds en région depuis le début de la campagne électorale, contrairement aux autres chefs de parti qui l’ont fait deux fois plutôt qu’une, le député sortant dans Nicolet-Bécancour, Donald Martel, assure «qu’on ne tient rien pour acquis».

«C’est la septième journée et M. Legault était venu à Shawinigan quelques jours avant le déclenchement avec ses candidats. Il devrait faire un arrêt vendredi, en fin de journée, à Trois-Rivières», a-t-il fait savoir, jeudi, lors de l’inauguration de son local dans le secteur Saint-Grégoire, à Bécancour. Le parti a confirmé, en soirée jeudi, que le chef caquiste sera bel et bien présent dans la région vendredi. Il rencontrera les citoyens à 18 h 55 à l’Amphithéâtre Cogeco puis visitera le local électoral de Champlain, situé sur la rue Thibeau, à 19 h 50.

Sollicitant un troisième mandat, c’est toutefois la première fois que «j’ai espoir que la CAQ soit au pouvoir». «On peut y croire et les électeurs de Nicolet-Bécancour n’ont pas eu peur de faire confiance à ce parti», a souligné celui qui croit avoir été «un bon porteur de ballon pour les dossiers qui préoccupent les gens de ma circonscription».

S’il est réélu, Donald Martel prend l’engagement de maintenir avec les citoyens une communication et un dialogue constants par des interventions publiques régulières. Il veut aussi rester en contact étroit avec les principaux décideurs locaux et régionaux.

«Je vais également continuer à rencontrer le plus de gens possible dans leur foyer, au restaurant, dans les résidences pour aînés, à l’épicerie et lors d’activités de loisirs, de compétitions sportives, de festivals, de soupers et d’anniversaires afin de m’assurer de demeurer branché sur les préoccupations de mes concitoyens. Je voudrai aussi maintenir les services d’excellente qualité offerts aux citoyens à mon bureau de circonscription», ajoute celui qui prône donc un travail de continuité.

Parmi ses priorités, le candidat de la CAQ identifie le doublement de l’autoroute 55 et le développement du parc industriel de Bécancour. À ce sujet, il parle d’un constat d’échec du gouvernement libéral en raison de tous ces grands projets qui n’ont jamais vu le jour.

Baisser le taux de la taxe scolaire pour qu’il soit équitable pour tous, investir dans le maintien à domicile des aînés et améliorer leur qualité de vie en CHSLD, bonifier le soutien financier aux familles et offrir davantage de services pour les enfants: voilà les autres engagements qui découlent du programme du parti.

«Lors de ces élections, les Québécois ont l’occasion de tourner la page sur quinze années de régime libéral et sur un demi-siècle de débat politique qui a tourné autour de la souveraineté. Ce débat est maintenant derrière nous. Les Québécois sont passés à autre chose», a-t-il conclu.