Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a rencontré Hydro-Québec en compagnie de plusieurs élus de la Haute-Mauricie.

«On est à demi satisfait»

LA TUQUE — Des dirigeants d’Hydro-Québec se sont déplacés à La Tuque afin d’échanger et de répondre aux interrogations des représentants municipaux de la Haute-Mauricie. Cette rencontre avait été prévue au moment de l’interruption planifiée à Parent au début du mois afin d’éclaircir «les questions sans réponse» du maire de La Tuque. Les échanges ont duré plus de deux heures et satisfont en partie la Municipalité.

«On est à demi satisfait», a lancé d’entrée de jeu le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Hydro-Québec a fait savoir que d’importants travaux auront lieu à Parent pour l’amélioration de la ligne de 58 km. Un projet de 30 millions de dollars est prévu pour 2019-2020.

«On a revu la planification des travaux à la suite des préoccupations émises. Il y aura un blitz de travaux sur une période de deux ans […] Des structures de bois vont être remplacées par des structures d’acier», a mentionné la conseillère relations avec le milieu Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec, Élisabeth Gladu.

Cette dernière a également confirmé que l’alimentation allait être assurée durant ces travaux. Cette annonce avait de quoi faire sourire le conseiller municipal du secteur de Parent, Éric Chagnon.

«Cette ligne-là est désuète. Ce qui est bon aujourd’hui, c’est qu’ils ont reconnu qu’il y avait des problèmes majeurs de ce côté-là. Le fait qu’on va reconstruire en partie c’est un plus également […] C’est un grand pas vers l’avant», a-t-il commenté.

Autre dossier chaud du maire Tremblay, la Ville demande à Hydro-Québec de s’assurer d’avoir une présence constante des monteurs de ligne sur le territoire de l’agglomération de La Tuque.

«Le temps de réponse d’Hydro-Québec était un sujet unanime. Les citoyens veulent un service complet. On ne veut pas de services de deuxième ou troisième ordre parce qu’on est en région isolée et qu’on doit dépendre des autres régions pour avoir des services», a mentionné Pierre-David Tremblay.

«Je veux bien comprendre qu’ils ont des statistiques et qu’ils font des analyses, mais moi c’est le terrain qui me parle, ce sont mes gens qui veulent ce service-là et ce sont eux qui souffrent du manque de service», a ajouté le maire.

Du côté d’Hydro-Québec, on a indiqué qu’au terme de la rencontre, on comprenait mieux les préoccupations de la Ville.

«On comprend que les villes souhaitent que les délais des monteurs soient réduits en situation d’urgence. Parce qu’au niveau des demandes de raccordement, le service est au rendez-vous, les délais sont courts», a noté Elisabeth Gladu.

Hydro-Québec a aussi fait un mea-culpa sur le manque de communication lors de l’interruption planifiée de Parent du 6 août dernier.

«Il va y avoir un meilleur arrimage pour les prochaines interruptions planifiées», a affirmé Mme Gladu.

Ils ont toutefois insisté sur l’importance de garder les canaux de communication actifs. Le maire Tremblay a d’ailleurs insisté sur le fait qu’ils ont toujours été ouverts.

«On n’a jamais coupé les canaux. Ce qui m’a frustré, c’est qu’on voulait des décisions. De toujours me ramener dans 24, dans 48 heures alors que les décisions peuvent être prises dans l’immédiat ça me désole. […] Ce que je veux, ce sont des gens qui peuvent me donner l’heure juste et me faire part des décisions. C’est le message que j’ai passé. On vit avec Hydro-Québec, et on cherche à avoir des améliorations», a commenté le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Il a également été question des coupures de courant et de différentes pannes à Lac-Édouard, La Bostonnais et à La Croche. Hydro-Québec a mentionné que la plupart étaient reliées à des événements météorologiques, dont l’événement du 2 juillet lors duquel 167 000 clients étaient privés de courant dans la province.