Des pompiers de La Tuque ont affronté le froid extrême du week-end passé lors d’une formation.

«On a été mis à rude épreuve»

La Tuque — Des pompiers du Service de sécurité incendie de La Tuque ont dû affronter le froid extrême du week-end dernier non pas pour une situation d’urgence, mais bien pour une formation de sauvetage en milieu isolé. Les mauvaises conditions auraient difficilement pu être plus réelles. Les 16 participants reprendront l’action au début du mois de février pour conclure leurs apprentissages. Les pratiques auront lieu sur le terrain cette fois-ci.

«On a eu une première phase la fin de semaine dernière, c’était la température idéale pour solliciter notre personnel. J’étais de la formation. On a été mis à rude épreuve avec les conditions climatiques, notamment pour les gens qui jouaient les victimes, à certains moments pas de gants, dévêtus… », a lancé le chef de division aux opérations incendie du Service incendie, André Vézina.

«On nous dit que ces températures-là n’ont pas été vécues dans les 100 dernières années, neige, vent, froid. C’était extrême comme simulation et on ne sera pas dépourvu si ça arrive… peut-être même qu’à -10 ou -15 on va trouver ça confortable… », a-t-il ajouté.

La première partie de cette formation s’est faite dans les environs de la caserne où tout le matériel était à proximité.

«On a fait de la théorie, mais là, ce sera davantage du terrain. Ce sera une grosse simulation», a fait savoir M. Vézina.

La deuxième partie se fera dans les secteurs de l’aéroport et du club de ski de fond La tuque rouge, de jour et de soir, au début du mois de février.

«C’est une douzaine d’heures de formation intensive […] On va se servir de nos équipements, motoneiges, traîneaux d’évacuation... ce sera la totale comme on dit», a souligné André Vézina.

«On a fait appel à un groupe qui s’appelle Sirius. Le groupe Sirius, ce sont des gens chevronnés dans la formation spécialisée pour les sauvetages en milieux isolés. On a des formateurs de haut niveau», assure-t-il.

Cette formation, elle était nécessaire selon André Vézina, surtout dans un milieu isolé comme La Tuque et par l’immensité du territoire couvert par le service incendie.

«Quand on parle de sauvetages en milieux isolés, pour nous, ça amène une dynamique qui est beaucoup différente d’une intervention en incendie de bâtiment. Vous connaissez la grandeur du territoire alors vous savez que les milieux isolés à La Tuque… Il transige énormément de gens sur le territoire, en VTT, motoneige, la villégiature, les Zec, les chasseurs, les pêcheurs, les utilisateurs de la forêt…»

Dans les dernières années, le service incendie a renouvelé ses équipements et fait beaucoup de mises à niveau dans les spécialités de ses ressources humaines.

Ils ont établi un plan local d’intervention d’urgence, ils ont fait l’acquisition de VTT, motoneiges, traîneaux d’évacuation…

«D’avoir les équipements c’est une chose, savoir s’en servir correctement c’est une autre chose», note le chef de division aux opérations incendie du Service incendie.

À cet effet, des pompiers de La Tuque ont commencé l’automne dernier une formation sur la conduite de véhicules hors route qui sera complétée au printemps.

«On fait ça via l’École nationale de police qui a un programme de conduite de véhicules hors route. On a fait appel à eux pour un programme reconnu au Québec», a conclu M. Vézina.