Une assemblée de consultation avait lieu mercredi à l’église Saint-Pie-X afin de prendre le pouls des paroissiens concernant la vente possible de cinq églises de la paroisse Du-Bon-Pasteur.
Une assemblée de consultation avait lieu mercredi à l’église Saint-Pie-X afin de prendre le pouls des paroissiens concernant la vente possible de cinq églises de la paroisse Du-Bon-Pasteur.

Offres d’achat pour cinq églises de Trois-Rivières: une première consultation houleuse

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Alors que la paroisse Du-Bon-Pasteur voulait se faire rassurante en organisant des assemblées de consultation et d’information en lien avec les offres d’achat non sollicitées reçues au cours de l’été pour cinq de ses églises, soit Saint-Jean-de-Brébeuf, Jean-XXIII, Saint-Sacrement, Sainte-Marguerite et Notre-Dame-des-Sept-Allégresses, l’inquiétude était palpable mercredi à l’église Saint-Pie-X, lors de la première séance de consultation.

En effet, malgré les bonnes intentions de la paroisse qui souhaitait informer les paroissiens sur la situation actuelle de ses églises, ainsi que les projets du futur promoteur, une entente de confidentialité les a empêchés d’en révéler la véritable teneur.

«Ce que je peux vous dire, malgré la clause de confidentialité, c’est qu’un groupe de promoteurs qui est un très gros joueur est intéressé à acheter plusieurs de nos églises. Mais je peux vous assurer qu’aucune communauté de foi n’y est associée et que les projets ont tous un lien avec le domaine sociocommunautaire. Ce sont donc toutes les communautés qui pourront en profiter [...] D’ailleurs, avec les marguilliers et l’équipe de pastorale, on a vu les devis qui ont été présentés et on est tombé sur nos fesses, car ce sont des offres étonnantes», a précisé d’entrée de jeu le coordonnateur de la pastorale paroissiale et président de l’assemblée de fabrique, Michel Lévesque.

L’église Saint-Jean-de-Brébeuf

C’est d’ailleurs l’aspect de la clause de confidentialité qui a causé la grogne chez la soixantaine de personnes présentes sur place, mercredi, en début d’après-midi.

«Vous nous dites ça et vous voulez qu’on accepte le plan, mais vous ne nous dites rien au final», s’est exclamée une dame lors de la période de questions.

«Ce n’est pas une consultation que vous faites, vous nous avez seulement donné des chiffres sur l’état de situation. Mais moi, ce que je veux savoir, c’est ce qui va arriver à nos églises si on accepte l’offre. C’est plate, mais je pense que la décision est déjà prise de votre côté, donc c’est une perte de temps pour nous», a pour sa part fait valoir un autre paroissien.

­­L’église Notre-Dame-des-Sept-Allégresses

Ce à quoi M. Lévesque a répondu qu’il comprenait bien les inquiétudes des paroissiens, mais qu’il devait lui aussi leur faire part de ses propres inquiétudes à conserver les cinq églises, avec tous les frais que cela représente.

Par ailleurs, il a été possible de comprendre qu’au terme de cette entente, certaines églises feraient l’objet d’une transformation, alors que d’autres pourraient être démolies. Il a toutefois été impossible de savoir spécifiquement le sort qui serait réservé à chacune des cinq églises lors de la rencontre, ce qui a également mis le feu aux poudres.

«Je suis ouvert à l’idée d’accueillir un nouveau projet dans ma paroisse, mais je n’ai pas les mêmes préoccupations si c’est une discothèque, des tours à condos ou une garderie. C’est pour cette raison qu’on veut en savoir plus», a clamé un citoyen qui a été chaudement applaudi à la suite de sa prise de parole.

­­­L’église Jean-XXIII

Rappelons que la paroisse pourrait toucher pas moins de deux millions de dollars dans l’éventualité où l’offre se concrétise.

D’ailleurs, l’état financier des églises a été mis au jour lors de la rencontre, afin d’illustrer les économies potentielles pour la paroisse si le projet est accepté. L’économie d’argent ne serait toutefois pas le seul motif pour justifier la vente des cinq églises, selon Michel Lévesque.

«À ceux qui vont nous dire qu’on veut vendre les églises pour une question d’argent seulement, on a vu avec les chiffres que la baisse de 20 % de nos bénévoles depuis cet été nous affecte beaucoup. De plus, le fait que nos prêtres vieillissent et qu’il n’y a pas énormément de relève est aussi une préoccupation pour nous.»

À LIRE AUSSI Des offres d’achat formelles pour cinq églises de Trois-Rivières

­­L’église Sainte-Marguerite ­

Les marguilliers en mode écoute

Les assemblées de consultation et d’information proposées par la paroisse Du-Bon-Pasteur avaient évidemment un but bien précis, soit celui d’entendre les paroissiens sur le sujet afin de connaître leur avis et leurs préoccupations.

Les marguilliers qui étaient présents mercredi et qui le seront lors des trois autres consultations souhaitaient ainsi prendre le pouls de la population à ce sujet, avant de délibérer sur la question et de faire une demande à Mgr Luc Bouchard pour la vente des églises, le cas échéant. La décision devrait quant à elle être connue au mois d’octobre prochain.

D’autres rencontres pourraient par la suite avoir lieu si le projet se concrétise afin de pouvoir mieux l’expliquer aux paroissiens.

L’église Saint-Sacrement ­

Alors que deux rencontres ont eu lieu mercredi, ceux et celles qui souhaiteraient participer à une de ces assemblées pourront le faire jeudi à 13 h, à la Cathédrale de l’Assomption ainsi qu’à l’église Saint-Pie X à 19 h.