Mary-Linda Arnoux est décédée accidentellement lors d’une expédition de rafting le 9 mai 2019.
Mary-Linda Arnoux est décédée accidentellement lors d’une expédition de rafting le 9 mai 2019.

Noyade sur la rivière Mattawin: la coroner conclut à un décès accidentel

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — La mort d’une Victoriavilloise de 29 ans lors d’une expédition de rafting en 2019 était accidentelle. C’est ce que conclut la coroner Renée Leboeuf dans son rapport rendu public récemment. On indique également que le Centre d’aventure Mattawin qui avait organisé cette expédition en Haute-Mauricie avait respecté toutes les règles de sécurité.

Le 9 mai dernier, la victime Mary-Linda Arnoux participait à une expédition de rafting sur la rivière Mattawin.

La coroner explique qu’il y avait deux pneumatiques sans moteur et un kayakiste d’urgence. Le pneumatique dans lequel elle se trouvait a chaviré à deux reprises en raison des vagues. Tous les participants ont réussi à rembarquer après la première chute.

La deuxième fois que l’embarcation a chaviré, la victime a été récupérée par les secouristes, elle était inconsciente. Des manœuvres de réanimation ont été faites sur place et ont été poursuivies par les services d’urgence.

La coroner conclut que Mary-Linda Arnoux est décédée d’une noyade et qu’il s’agit d’un décès accidentel.

Dans son rapport, on peut également lire que tous les protocoles et règles de sécurité ont été suivis par le centre de rafting.

«Les équipements et la formation étaient adéquats», peut-on lire dans le rapport.

On apprend également que la victime aurait paniqué et qu’elle avait de la difficulté à se tenir sur le pneumatique.

«Mme Arnoux voulait enlever sa veste de sauvetage et a enlevé son casque de sécurité à plusieurs reprises.»

Lorsque le kayakiste d’urgence a réussi à l’attacher à son embarcation pour l’amener jusqu’à la rive, la jeune femme portait sa veste de flottaison, mais avait enlevé son casque.