Les activités automnales des Dragons du Collège Laflèche sont suspendues.
Les activités automnales des Dragons du Collège Laflèche sont suspendues.

Nouvelles mesures en zone rouge pour le secteur de l’enseignement: les sports écopent encore

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les établissements d’enseignement de la région se préparent à resserrer les mesures sanitaires, mercredi prochain, à la demande de la Santé publique qui a fait basculer Trois-Rivières et une partie du Centre-du-Québec en zone rouge, cette semaine. Ce sont les activités sportives de groupes qui, dans les écoles comme dans les établissements d’enseignement supérieurs, écopent le plus.

À l’Université du Québec à Trois-Rivières, le télétravail sera accentué. Ceux qui n’étaient pas déjà en télétravail ont été invités dès vendredi à apporter à la maison le matériel nécessaire. «Plusieurs l’ont déjà fait au cours des dernières semaines. Déjà, en zone orange, le télétravail était fortement recommandé. Si le travail ne nécessitait pas une présence physique sur le campus, ils avaient le loisir de le faire», précise le responsable des relations avec les médias à l’UQTR, Jean-François Hinse. Maintenant, ce n’est plus optionnel.

Il existe certains services où le télétravail n’est pas possible toutefois. C’est le cas au registrariat où des étudiants peuvent se présenter au comptoir de ressources multiservices pour leur carte étudiante ou autres services. Des employés demeurent donc en poste physiquement.

D’ailleurs, tous les services aux étudiants demeurent disponibles en présentiel ou à distance.

Un des services les plus appréciés des étudiants et même des professeurs, c’est le bistro-bar la Chasse Galerie. Celui-ci est entièrement géré par l’Association générale des étudiants de l’UQTR. Vendredi, les administrateurs étaient en train d’analyser toutes les options qui s’offrent à eux tout en respectant les mesures imposées par la Santé publique.

«Le mouvement d’une région à une autre, peu importe la couleur, est possible pour des étudiants et des employés dont la présence sur le campus est nécessaire. Un étudiant d’une autre région peut venir à Trois-Rivières quand même si son travail de recherche ou son cours rendent sa présence nécessaire», explique M. Hinse.

D’ailleurs, il existe certaines activités, dans les laboratoires par exemple, qui nécessitent effectivement la présence physique des étudiants et des professeurs. L’accès sera donc permis en pareils cas.

Le même principe s’appliquera au Collège Laflèche et la présence sera également permise «pour les examens qui étaient initialement prévus en présentiel», souligne la responsable des communications, Anne-Laurence Jacob. Dans ce collège, toutes les activités d’enseignement et les services aux étudiants se feront à distance «sauf pour les rencontres psychosociales», précise Mme Jacob.

À l’UQTR, les membres de la communauté universitaire doivent présenter leur carte dans l’une ou l’autre de ces entrées, ce qui permettra de savoir qui a été présent à l’intérieur d’un bâtiment et quand. Cette mesure permettra de faciliter les enquêtes épidémiologiques de la Santé publique s’il y a un cas de COVID. Jean-François Hinse indique qu’aucun cas n’a encore été répertorié sur le campus.

Les stages aussi se poursuivent, mais les milieux d’accueil doivent respecter les conseils sociosanitaires, dit-il.

Sur le campus trifluvien de même que sur le campus de Drummondville, où les mêmes consignes s’appliquent, les bibliothèques et les comptoirs de prêts demeurent ouverts et seuls les espaces de travail individuels sont accessibles.

Les activités sportives écopent partout. Au Laflèche les activités sportives d’automne des Dragons sont suspendues de même que les activités socioculturelles, sauf certaines activités de théâtre qui se dérouleront à distance.

Dans les écoles des centres de services scolaires, les activités parascolaires, interscolaires et les sorties pédagogiques sont suspendues. «Pas de matchs ni de compétitions sportives ou autres», précise la coordonnatrice des communications, Anne-Marie Bellerose au CSS du Chemin-du-Roy.

«Les projets pédagogiques particuliers, incluant sport-études et art-études peuvent être maintenus si le groupe classe stable est respecté ou s’il y a maintien de deux mètres de distance entre élèves de groupes classes stables différents.

L’enseignement sera hybride, rappelons-le, soit une journée sur deux à la maison pour les 4e et 5e années du secondaire, une situation qui inquiète d’ailleurs beaucoup les pédiatres du Québec.

Le couvre-visage doit se porter en tout temps pour les élèves du secondaire incluant «dans la cour d’école», précise Mme Bellerose.

Le dîner se prendra de préférence en classe ou à des places déterminées à la cafétéria tout en respectant deux mètres de distance entre les groupes classes stables.

Dans les services de garde au primaire, il faudra «essayer de respecter le plus possible les groupes classes stables», indique Mme Bellerose à défaut de quoi il faut à tout le moins respecter les deux mètres entre ces groupes.

Jean-François Hinse estime que le fait d’avoir eu une session d’été essentiellement à distance et une session d’automne en partie à distance semble avoir été un facteur déterminant dans le fait qu’aucun cas n’est encore apparu sur le campus trifluvien de l’UQTR.

Au Centre d’activité physique et sportive de l’Université, à partir du 10 octobre, l’accès à la salle d’entraînement et l’utilisation des vestiaires sont suspendus. Même chose pour les cours de groupes. Le badminton, les pickleball, la piste de course intérieure et les vélos stationnaires sont toutefois maintenus. Seules les parties en simple sont permises.