Les producteurs de lait du Québec lancent une nouvelle publicité pour inciter les consommateurs à acheter des fromages locaux.

Nouvelle offensive des producteurs de lait

TROIS-RIVIÈRES — Alors que les fromages européens et américains se retrouvent en plus grand nombre dans les supermarchés du Canada, les Producteurs de lait du Québec lancent une nouvelle publicité pour inciter les consommateurs à acheter des produits locaux.

L’humoriste Anthony Kavanagh invite les consommateurs dans cette publicité intitulée «Je vérifie qu’ils sont d’ici» à bien vérifier que les fromages qu’ils consomment proviennent du Québec. «Parce que je veux plus encourager un Charles d’ici, qu’encourager un Chuck de là ou un Charlot de là-bas», mentionne-t-il alors qu’on voit des images de producteurs de lait des États-Unis et de la France.

Au Québec seulement, on dénombre 86 fromageries ainsi que 5050 fermes laitières familiales, dont 213 en Mauricie. «Les 600 fromages d’ici constituent une offre diversifiée d’une qualité exceptionnelle aux saveurs uniques tout en favorisant notre économie locale. En achetant du fromage québécois, les consommateurs de la Mauricie encouragent un secteur qui dynamise nos régions et crée des emplois ici», affirme Bruno Letendre, président des Producteurs de lait du Québec.

Le président des Producteurs de lait du Canada, Pierre Lampron, soutient qu’il est important de susciter l’achat local dès maintenant, alors que les fromages étrangers sont, dit-il, en croissance sur nos marchés et que l’Accord Canada-États-Unis-Mexique n’est même pas encore appliqué. «On est pas encore au total de 16 000 tonnes avec l’Europe, mais il en rentre déjà pas mal», explique Pierre Lampron, également propriétaire de la Ferme Lampron Y et fils de Saint-Boniface.

L’impact de l’arrivée des fromages de l’étranger vécu par les producteurs de lait est difficilement quantifiable pour l’instant, précise Pierre Lampron. «C’est sûr que ça a un impact. Mais quel impact? On va le voir plus à long terme», soutient le président des Producteurs de lait du Canada. «Ça va dépendre de quels types de fromages qui entrent. On espère que les fromages qui vont venir sur notre marché sont des fromages que nous ne produisons pas ici. Mais on n’a pas le contrôle là-dessus. Ça se peut qu’il entre sur notre marché des fromages qui compétitionnent nos fromageries artisanales.»

Satisfaits du budget fédéral

Dans son dernier budget, le gouvernement fédéral a annoncé des compensations de 3,9 milliards $ pour soutenir les agriculteurs assujettis à la gestion de l’offre. Plus spécifiquement, les agriculteurs des secteurs des produits laitiers, de la volaille et des œufs pourront avoir accès à une enveloppe de 2,3 milliards $ pour faire face à l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne et l’Accord de partenariat transpacifique global et progressif.

«On est content que le gouvernement fédéral ait reconnu que nous subissons des impacts négatifs de ces accords. Oui les producteurs laitiers ont été un peu sacrifiés dans les derniers accords. Au moins, il y a eu un geste concret qui vient d’être fait», estime Pierre Lampron.

«Mais nous, on ne voulait pas le vendre notre marché. On voulait produire pour le remplir. On ne veut plus donner notre marché s’il y a d’autres accords.»

Le montant des compensations est à la hauteur des préjudices vécus, affirme le président des Producteurs de lait du Canada. «Ça va dans le sens de ce qu’on voulait. Et l’accord avec les États-Unis, ce n’est pas compté dans ça», note Pierre Lampron qui rappelle que le Congrès des États-Unis n’a toujours pas ratifié le nouvel accord de libre-échange.

La nouvelle publicité de Les fromages d’ici peut être vue au www.youtube.com/watch?v=_dmJL2-pHbU.