Annie Hardy était entourée de son équipe à l’occasion du lancement de la nouvelle Fondation mastectomie du Québec, soit d’Hélène Pelletier, Réjeanne Doré, Elysabeth Thibodeau, Émilie Grondin, Linda Dubort, Florianne Boulard, Lise Descoteaux et Jocelyne Vincent.

Nouvelle fondation pour les victimes du cancer du sein

TROIS-RIVIÈRES — Décidément, Annie Hardy connaît toute une semaine. Quelques jours seulement après avoir été aux côtés du ministre de la Santé et des Services sociaux lors de l’annonce du remboursement des prothèses mammaires externes pour les victimes du cancer du sein, l’entrepreneure derrière Belles de nuit Belles de jour et la clinique Ajustez-moi poursuit sa mission d’aider les femmes en créant la Fondation mastectomie du Québec.

Près de 200 personnes étaient réunies jeudi soir à Trois-Rivières pour célébrer plusieurs victoires signées Annie Hardy. D’abord organisée à l’occasion du 10e anniversaire de Belles de nuit Belles de jour, cette soirée a souligné l’annonce du gouvernement concernant les prothèses externes en plus de dévoiler les détails de la nouvelle fondation.

«La première raison pour laquelle je voulais lancer une fondation, c’était que le gouvernement ne payait pas les prothèses. Mais là, c’est fait. Je peux mettre ça sur la checklist», a-t-elle déclaré devant les quelque 200 convives. «Ce que je veux faire maintenant, c’est pouvoir donner la camisole postopératoire aux femmes qui viennent de subir une mastectomie.»

Cette fameuse camisole postopératoire que souhaite offrir Annie Hardy permet, en plus de redonner de la dignité aux femmes, de dissimuler le ou les drains nécessaires après l’intervention chirurgicale. «Il y a des pochettes pour accueillir les drains, mais aussi des prothèses externes pour que les femmes puissent sortir durant leur convalescence», a expliqué la femme d’affaires au grand cœur. «C’est un essentiel pour la convalescence après une mastectomie. [...] S’il faut offrir des camisoles à tout le Québec, on va le faire.»

Des expériences personnelles ont poussé Annie Hardy à aller encore plus loin avec la création de sa fondation. Ces dernières années, deux de ses amies, dont une membre de son équipe, ont reçu des diagnostics du cancer du sein. Elle ne peut oublier la détresse dans les yeux de ces femmes. «Je ne pouvais même pas m’imaginer être à leur place tellement elles avaient le regard vide et elles étaient anxieuses», a-t-elle avoué. «Il fallait que je fasse quelque chose.»

La Fondation mastectomie du Québec veut aussi aider les femmes atteintes du cancer du sein vivant sous le seuil de la pauvreté, offrir des ateliers ainsi que des formations et même permettre à des victimes de la maladie d’avoir des moments de répit dans une maison appartenant à Annie Hardy à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

«Vous n’avez pas idée des épreuves vécues par certaines femmes», a-t-elle mentionné.

En guise de soutien à l’endroit de la nouvelle fondation, les chirurgiens généraux de la région ont tenu à poser un geste symbolique jeudi soir. Par l’entremise d’une vidéo, le Dr Jean-François Jutras, chef de service de chirurgie générale, a annoncé un don de 2000 $ pour la toute nouvelle fondation.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a vanté jeudi les nombreuses qualités d’Annie Hardy. Il a notamment mentionné qu’elle était une entrepreneure tenace «qui désire aider les femmes touchées par une maladie sournoise».

Ne pouvant être présents lors de cette soirée, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et la ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David, ont enregistré une vidéo dans laquelle ils saluent la détermination d’Annie Hardy pour aider les femmes touchées par le cancer du sein.

Le député de Champlain, Pierre Michel Auger, a aussi fait de même, car il était retenu à l’Assemblée nationale. Il a affirmé que lorsque Mme Hardy l’avait approché pour mener une pétition demandant à Québec de rembourser les prothèses mammaires externes, il ne pouvait refuser.