Dans l’ordre habituel, on retrouve Yolaine Lampron, directrice générale de Saint-Elphège, Rick O’Bomsawin, chef de la communauté d’Odanak, Éric Descheneaux, maire de Pierreville, et Pascal Théroux, maire de Saint-François-du-Lac, marquant symboliquement la première pelletée de terre.

Nouvel écocentre à Odanak

Odanak — Le Conseil des Abénakis d’Odanak et son Bureau Environnement et Terre (BETO) ont annoncé mardi la construction d’un tout nouvel écocentre au sein de leur communauté. Évaluées à 600 000 $, les nouvelles installations, dont les travaux de construction viennent de débuter, seront également mises à la disposition des municipalités avoisinantes de Saint-Elphège, Saint-François-du-Lac et Pierreville.

«Nous ne sommes pas juste des voisins, nous sommes des frères et des sœurs. Nous allons travailler de plus en plus de projets ensemble. C’est juste le commencement», a déclaré le chef de la communauté d’Odanak, Rick O’Bomsawin.

C’est donc près de 5000 personnes qui pourront bénéficier de ce nouveau service dès le mois de juillet prochain. D’ici là, un site de dépôt d’appoint est mis à la disposition des résidents concernés. Les matières acceptées, les règlements et modalités des utilisateurs, l’horaire d’ouverture, ainsi que l’itinéraire pour s’y rendre, soit à l’intersection des rues Skamonal et Managuan, sont disponibles sur la page Facebook du BETO.

La responsable de la gestion des matières résiduelles, Joannie Beaupré, souligne que l’entraide est une valeur emblématique de la culture autochtone.

«C’est donc très gratifiant pour les Abénakis d’Odanak d’être les instigateurs d’un partenariat d’envergure avec les villages autour, mais surtout d’avoir développé un tel projet en collaboration avec une majorité d’organismes autochtones tels que l’Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador, les services techniques du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, sans compter les précieux conseils des autres Nations qui sont passées par là», a-t-elle confié.

Celle-ci a rappelé qu’il y a 30 ans, on y retrouvait plutôt un dépotoir clandestin à ciel ouvert. «Le changement, ça prend du temps», a-t-elle avoué. D’ailleurs, l’implantation d’une telle infrastructure représente un avancement significatif pour la gestion des matières résiduelles dans le secteur puisque l’accès aux écocentres situés à proximité (Drummondville et Pierre-de-Saurel) est, dit-on, une alternative peu envisageable.

En 2018, le BETO avait dressé un portrait des besoins de la communauté en évaluant l’utilisation et l’achalandage du centre de récupération de matières mixtes déjà en place. Les résultats flagrants de cette analyse et l’évaluation des possibilités de partenariat ont permis la mise en place d’un système adapté pour le futur écocentre et d’un projet de collaboration intermunicipal.

«Tous les efforts, grands ou petits, nous permettent d’honorer nos rôles et responsabilités en tant que gardiens de cette terre. De plus, nous croyons que la collaboration avec les municipalités voisines renforce l’impact positif que cette initiative de recyclage aura sur nos terres», a ajouté le chef O’Bomsawin.

Un avis partagé par le maire de Saint-François-du-Lac, Pascal Théroux, qui se dit fier d’avoir une bonne collaboration avec la communauté d’Odanak puisque, dit-il, «celle-ci a contribué à combler un besoin urgent, soit l’élimination adéquate de diverses matières, à un coût raisonnable et accessible à proximité de notre territoire». «C’est un pas en avant pour le Bas Saint-François», renchérit son homologue de Pierreville, Éric Descheneaux.

Par ailleurs, l’élaboration de ce partenariat se veut non seulement une plateforme d’entraide et de coopération favorisant les liens entre Autochtones et Allochtones, mais il vise également à offrir l’opportunité à la communauté d’Odanak de trier davantage les matières à la source via des filières de recyclage diversifiées, en plus de tendre vers une meilleure autonomie financière au niveau de la gestion des gros rebuts et des matériaux mixtes.

Ce projet pourra en partie être réalisé grâce au financement de Services aux Autochtones Canada. «Félicitations aux Abénakis d’Odanak pour ce projet écoresponsable et rassembleur. Le gouvernement du Canada est fier d’appuyer cette initiative qui contribuera à la prospérité et à l’autonomie des résidents de la communauté et des municipalités avoisinantes», a fait savoir le ministre des Services aux Autochtones, Seamus O’Regan.