Nouveaux partenaires

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Suite à l’octroi d’une subvention du ministère de la Famille pour le projet de conciliation famille-travail (CFT), la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R) annonce trois nouveaux partenaires qui ont choisi de s’associer à cette démarche.

Ce projet d’envergure régionale a pour objectif de sensibiliser, d’outiller et d’inciter les employeurs de la Mauricie à entreprendre une démarche en CFT. Il vise également à offrir un soutien d’accompagnement lors de l’implantation d’une politique formelle de CFT en entreprise.

Notamment, la collaboration avec le Laboratoire de recherche interdisciplinaire sur les processus motivationnels (LIPROM) dirigé par la professeure Stéphanie Austin de l’École de gestion de l’Université du Québec à Trois-Rivières (ÉG-UQTR) permet de brosser un portrait diagnostique de la position des PME de chez nous quant à leur pratique de conciliation du travail et de la vie personnelle. En faisant ressortir les besoins spécifiques propres à chaque organisation, les experts du LIPROM aident les organisations de tous les secteurs à cibler des mesures de conciliation adaptées, efficaces et faciles à implanter.

Par son implication auprès de la communauté d’affaires, l’ÉG-UQTR, qui s’est joint récemment au projet, souhaite encourager les pratiques de ressources humaines innovantes, qui contribuent à la rétention de la main-d’œuvre dans la collectivité.

Autre partenaire du projet, la Société protectrice des animaux de la Mauricie (SPA Mauricie) a choisi de s’unir avec la CCI3R pour sa démarche de CFT. Un processus de conciliation est d’ailleurs amorcé au sein de cette organisation, qui compte maintenant plus de 70 employés. Avec l’intention d’optimiser la santé et le bien-être de son équipe, la SPA Mauricie s’implique activement dans cette initiative et en fait une priorité.

Dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, l’offre de mesure de conciliation s’avère être une des solutions et les retombées sont importantes. À cet effet, un sondage de Léger rapporte que 55 % des parents québécois seraient prêts à changer d’emploi si on leur offrait de meilleures mesures de conciliation travail-famille.

La Chambre tient à remercier ces précieux partenaires qui, grâce à leur soutien, lui permettent de mettre en action le projet conciliation famille-travail qui a été développé expressément pour répondre aux besoins de la communauté d’affaires.

«Je suis fière de ce partenariat rassembleur et j’invite toutes les personnes sensibilisées à la conciliation à entrer en communication avec Patricia Ouellet, chargée de projet à la Chambre», a fait savoir la présidente de la Chambre, Johanne Hinse.