Gérard Frenette, président du conseil d’administration de Parkinson Centre-du-Québec

Nouveaux locaux pour Parkinson Centre-du-Québec — Mauricie

Trois-Rivières — L’organisme Parkinson Centre-du-Québec — Mauricie s’est associé à la résidence Chartwell Le Duplessis de Trois-Rivières afin de bonifier les services offerts aux personnes atteintes par le Parkinson. Le bureau de l’organisme sera désormais situé dans la résidence de Trois-Rivières.

Ce partenariat va faire en sorte que les activités et les groupes d’entraide aux proches aidants vont pouvoir se faire dans les résidences de Trois-Rivières, de Shawinigan et de Victoriaville.

L’entente prévoit un coût de local à prix réduit à l’organisme, qui en échange pourra aider les intervenants des résidences à développer plus de compétences dans les services et le soutien favorisant l’autonomie légère des gens souffrant de Parkinson.

Selon Gérard Frenette, président de Parkinson Centre-du-Québec Mauricie, c’est un rêve qui commence à se réaliser. L’idée d’avoir une maison dédiée aux personnes affectées est née en 1991. «On voulait qu’il y ait un jour un milieu spécialisé aux personnes atteintes de la maladie», dit le président. «Avec le partenariat qu’on vient de faire, je suis certain qu’on va avoir notre maison Parkinson un jour», ajoute-t-il.

Lucie Lemyre, directrice générale de la résidence Chartwell Le Duplessis, a qualifié ce projet comme étant une vraie course à obstacles. «On a finalement terminé gagnants au fil d’arrivée. Si on dit que le passé est garant de l’avenir, alors notre avenir est très prometteur.»

Les deux partenaires ont créé des liens de confiance à travers les années. La directrice générale affirme que la raison principale du partenariat est que Parkinson Centre-du-Québec—Mauricie et la résidence partagent une même vision de l’avenir.

Pour le développement des services, deux intervenants seront ajoutés aux effectifs grâce à l’aide du CIUSSS-MCQ, d’Appui Mauricie et d’Appui Centre-du-Québec. Les deux nouveaux partenaires font également preuve de vision, car les statistiques démontrent que le nombre de personnes aux prises avec la maladie de Parkinson aura doublé d’ici 2030 en raison du vieillissement de la population.